A plusieurs reprises, elle a été arrêtée par la police et ramenée à la maison. Inquiète de son évolution, la police a fini par nous confier l’enfant qui a passé deux mois dans notre centre d’accueil. Des entretiens qu'elle a pu avoir avec notre psychologue, il est ressorti que Christel avait profondément souffert de la séparation de ses parents, vécue comme un abandon de la maman par le papa. Elle s'était sentie maltraitée par la nouvelle épouse de son papa, rejetée par la famille, en déficit d'affection, et s'était alors tournée vers la rue, subissant le viol et l’initiation à la prostitution.

Pendant les deux mois de son séjour dans notre centre d'accueil, cette jeune fille a pu retrouver paix et équilibre. Elle a exprimé son souhait de reprendre sa scolarité en 6ème année primaire et de devenir une bonne couturière. Notre éducatrice a rencontré plusieurs fois la famille afin de préparer le retour de l’enfant en expliquant la souffrance vécue et la nécessité d'un bon accompagnement.

Réunification familiale de Christel, 2000ème enfant des rues réinsérée en famille par le Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa C'est donc aujourd'hui qu'a eu lieu la réunification familiale : à 9h, le bourgmestre est passé nous prendre avec sa voiture qui nous a déposés (Jean-Pierre Godding, responsable du projet - Virginie, éducatrice - et Christel Vividila) dans le quartier Bagata, tout près du domicile parental. Le bourgmestre a accompagné l'enfant auprès des siens et lui a remis son uniforme scolaire. Il a parlé aux voisins, leur demandant d'accueillir correctement Christel dans le quartier.

Nous avons offert une garantie locative à la famille, ce qui lui permettra de déménager dans un quartier où l’enfant sera moins connue.
Nous avons inscrit Christel dans une école en 6ème année primaire. Sa belle-mère, qui vient d’accoucher, a reçu un microcrédit de 40$ pour relancer son petit commerce de farine de manioc. Son papa est soudeur et dispose de son propre poste à souder, il peut ainsi effectuer de menus travaux qui génèrent un revenu.

Notre éducatrice va continuer de visiter régulièrement la famille afin de s’assurer de la bonne intégration de Christel.

Virginie Nyalibondi

Si vous voulez nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.