Degré de récupération sociale des enfants jeunes apprenants en formation
Pour l’éducation de cette catégorie d’enfants, jeunes apprenants, nous-mêmes avons appris à leur contact à bannir des « préjugés » et des expressions courantes qui les blessent : (bandits, délinquants, shindi kana, wayawaya, mal éduqué…). Leur interpellation nous amené à modifier entre autre la liste des cours élémentaires d’appui à l’apprentissage de métier par l’incorporation des séances d’alphabétisation, de l’éducation à la paix et de l’entretien d’un jardin potager.
A tout moment l’éducateur–formateur est appelé à user de sa plus grande capacité de compréhension et de tendresse à leur endroit.
Ce premier rapport d’activité trimestriel revêt un caractère d’auto-évaluation et de synthèses d’activités réalisées au cours d’une période de trois mois.

Pourquoi des cours élémentaires d’appui à l’apprentissage des métiers
Les apprenants doivent se familiariser avec les termes propres en secteur ou domaine de la menuiserie et maçonnerie. Ceci leur permet de :
  • Cimenter les acquis de la formation en langue officielle, le français.
  • Créer des activités génératrices des revenus (activité para formation : jardin potager, sport,…)
  • Avoir des connaissances personnelles et connaissances dans le métier.
  • Améliorer la qualité professionnelle : échange avec les clients et la création de l’emploi.

2. Activités du programme en cours et niveau atteint par les enfants

2.1. Alphabétisation
Au début de la formation, nous avons découvert quelques lacunes en rapport avec les niveaux des apprenants, ce qui nous a permis de les catégoriser à deux niveaux :
Alphabétisation des enfants soldats démobilisés à Goma - Premier niveau : ce sont des jeunes apprenants qui ont appris à lire, à écrire et calculer à un certain niveau mais qui ont perdu leur acquis avec le temps. Ils bénéficient des cours élémentaires d’appui à l’apprentissage.
- Deuxième niveau : ce sont les jeunes apprenants qui savent lire et écrire et calculer couramment. En plus des cours élémentaires d’appui à l’apprentissage, ils bénéficient également des cours techniques et pratiques.

Cette catégorisation a permis à l’APROJED de :
  • assurer une éducation de bas à haut car les connaissant mieux ;
  • sélectionner ceux qui peuvent être orienté pendant ou après la formation vers l’enseignement public ;
  • adapter la formation à leur aptitude (orientation objective).
Ecrire et lire son nom est acquis par la totalité des apprenants.
Lire les mesures de début sur une planche à travailler ne cause plus de problèmes dans l’ensemble.
Mais la confusion dans l’emploi des mesures anglaise (Lunche) figurant sur le mètre et l’équerre du menuisier est encore remarquable chez les néo-alphabétisés. Le chargé des cours élémentaires d’appui fait une observation sévère là-dessus.
2.2. Menuiserie
a) Pratique
Formation professionnelle des enfants soldats démobilisés à Goma Notre programme pour la formation en menuiserie comporte 6 étapes pour la pratique, trois d’entre elles ont été réalisées au cours du trimestre : le sciage (100 %), le dressage et rabotage (100 %), les assemblages à mi-bois plus à tenon et mortaise (100 %)

Depuis le mois d’octobre, les apprenants menuisiers ont commencé à apprendre le montage des meubles. Ils savent déjà fabriquer des tables (61,5 %), des chaises longues (15 %), des Kasonga (souvent utilisées par les mamans pendant les cuissons de foufou) (23 %), des petites boîtes servant de caisses d’épargne (30,8 %), des tabourets (3 %).

b) Théorie
Les cours techniques se suivent régulièrement.

  • Technologie du métier : 6 chapitres ont été étudiés.
    Cours théoriques de formation en menuiserie pour les enfants soldats démobilisés à Goma
    • Corroyage du bois
    • Les artisans du bois
    • L’ouvrage et les mesures
    • Dresser la feuille de débitage
    • Les termes de scierie
    • Assemblage à tenon et mortaise.
  • Technologie-outils :
    5 chapitres ont été étudiés :
    • Les établis
    • La scie
    • Variété des scies
    • Approprier la denture de scies
    • Monter et démonter l’instrument de rabotage.
  • Technologie de machine, ils ont déjà appris 4 chapitres :
    • Etude générale sur les scies mécaniques
    • Les machines à bois
    • Les avantages des machines
    • Les causes courantes provoquant plus d’accidents.
  • Connaissance des matériaux : 3 chapitres ont été vus.
    • Le bois
    • Le séchage des bois
    • Choisir son bois.
  • Dessin technique : les enfants ont appris à dessiner le bois (perspective), assemblage à mi-bois, assemblage à tenon et mortaise.
2.3. Formation en maçonnerie
Rappelons qu’un artisan qui construit des maisons en bois doit obligatoirement posséder les techniques de maçonnerie pour couler les fondations pour permettre à la maison de résister au climat rude de la région volcanique de Goma. Les apprenants menuisiers suivent donc tous la formation en maçonnerie.
Les cours du volet maçonnerie, ont démarré en décembre, l’horaire prévoit trois leçons théoriques par semaine.

Pour les programmes des cours techniques, l’accent est mis sur les chapitres ci-après :
  • Chapitre 1 : Arpentage, terrassement, mur de soutènement
  • Chapitre 2 : Les matériaux et leur emploi :
    • Matériaux pour la maçonnerie
    • Mortiers
    • Le dosage de mortier
  • Chapitre 3 : Travaux divers de maçonnerie
    • Outillage
    • Fondation s
    • Murs

3. Conclusion

Nous notons avec satisfaction que les enfants s’appliquent très bien sur toutes les matières. Ils ont donc un grand désir de connaître le métier et les résultats obtenus sont bons.

Nous tenons à remercier sincèrement tous les Parrains et Marraines pour leur soutien moral et financier.

MATUMO SISIMUKE
Secrétaire Exécutif APROJED
Goma, le 28 décembre 2007

Si vous le souhaitez, vous pouvez parrainer les enfants soldats en formation de menuiserie à Goma.