Effectifs 2011-2012
Cette année, le Foyer a scolarisé un total de 190 enfants Pygmées Bagyéli/Bakola, dont 96 garçons et 94 filles, répartis dans 11 établissements scolaires différents de la façon suivante :

Lieu Etablissement Nb élèves
Bipindi Préscolaire « ORA » au Foyer 39 élèves
Primaire 67 élèves
Secondaire général 11 élèves
Secondaire technique CETIC 4 élèves
CPFF « Maison de la femme » 3 élèves
 Bandevouri  Préscolaire « ORA » au campement 32 élèves
Akom 2 Primaire 23 élèves
Secondaire général 3 élèves
Kribi École d'agriculture 4 élèves
Apprentissage menuiserie 1 élèves
Yaoundé Secondaire général 2 élèves
Mbalmayo Institut technique / CAP 1 élèves
EFFECTIF TOTAL à la RENTRÉE 190 élèves
Les enfants Pygmées pensionnaires du Fondaf Bipindi au Cameroun
Enfants Pygmées du Foyer de Bipindi
Fièvre de l'or et superstitions
Nous avons remarqué également que plus les villages sont enclavés en forêt plus les abandons sont importants. Ce qui traduit un besoin d'adaptation progressive au monde moderne, ce que les parents expriment en invoquant des superstitions ou en disant que « l'école, c'est seulement le problème des enfants ».

Par ailleurs, une véritable fièvre de l'or s'est emparée de quelques villages Bagyeli qui ont délaissé la chasse pour se lancer dans l'extraction de ce précieux métal qu'ils trouvent dans leur forêt.
Cela a provoqué des absences chez nos plus grands élèves et participé à plusieurs abandons.
Mais déjà les sociétés minières industrielles arrivent pour supplanter les Bagyeli et, en prime, elles font fuir le gibier...
  Elèves Admis Taux de réussite
Préscolaire 53 45 85%
Primaire 62 52 83%
Secondaire 20 7 35%
Technique 26 25 96%
TOTAL 161 129 80%
Résultats de fin d'année
Les résultats de nos enfants aux compositions de fin d'année sont conformes à nos attentes avec un taux global de réussite de 80 %.
Admissions en secondaire
Nos quatre enfants inscrits cette année en CM2 sont admis tous les quatre en classe de sixième, ce qui est une belle réussite. Notre meilleure élève Pygmée, Valérie
Une élève du Foyer au BEPC
Notre élève la plus avancée dans la filière de l'enseignement général est Ntouli Samba Valérie.

Elle vient d'être admise en 3ème, ce qui veut dire qu'en 2013, pour la première fois de son histoire, le FONDAF présentera une candidate au BEPC, lequel reste un diplôme important au Cameroun.
La classe de Bandevouri
Notre classe préscolaire au cœur du village de Bandevouri achève sa seconde année d'existence. Cette expérience basée sur un demi-pensionnat au plus près des familles se révèle concluante. En effet c'est là que nous avons eu le moins d'absentéisme et aucun abandon volontaire en cours d'année.
Les enfants Pygmées de l'école de Bandevouri au CamerounHuit de ces enfants sont promus en Cours Préparatoire (CP) pour l'an prochain et vont donc quitter le préscolaire.
En accord avec les parents, nous les dirigeons vers l'école primaire publique voisine, tout en continuant de les soutenir pour leur alimentation, les fournitures scolaires, la tenue de classe et la santé, tandis que leur travail scolaire sera suivi par notre animateur Bagyéli.
Notre but est de favoriser ainsi leur intégration dans le système scolaire Camerounais en palliant aux difficultés engendrées par leur vie en forêt.
Une case de fonction
Pour l'ouverture de cette classe, les parents de Bandevouri avaient construit eux-mêmes la salle, ils viennent maintenant d'entamer l'édification d'un logement de fonction.
Ce petit bâtiment accueillera notre animateur Bagyeli responsable de la classe, et il permettra également de loger une dizaine d'enfants dont l'éloignement en forêt rend difficile le trajet quotidien jusqu'à la classe.
Le Foyer d'Akom 2
Les enfants Pygmées du Foyer d'Akom 2 au Cameroun Après l'ouverture de Bandevouri, l'an dernier, le dynamisme du FONDAF s'est concrétisé cette année par la création d'un nouveau petit Foyer à Akom 2. Dans cette région, les Bagyeli vivent dans des villages encore très enclavés dans la forêt, ils reçoivent peu d'aide des ONG, et leur accès à la scolarisation est déficient.

Dans le même temps, leur cadre de vie est en train d'être bouleversé par des projets industriels imposants (route, chemin de fer, plantations industrielles ...) Le Fondaf a donc ouvert un petit Foyer pour répondre à une demande d'aide à la scolarisation, exprimée par plusieurs parents.

Avec un effectif initial de 26 enfants, cette première année s'est bien passée malgré un événement douloureux : le décès d'un de nos pensionnaires des suites d'un palu neurologique. Événement qui a provoqué l'abandon de 7 autres enfants par superstition.
Pour ceux qui sont restés, l'année s'est écoulée dans un climat très familial, avec la création d'un jardin qui a fourni maïs, arachides, manioc et légumes.
Et un joli taux de réussite pour ceux du primaire de …… 100 %
Suivi post-scolaire
Le FONDAF assure également un suivi auprès de ses anciens élèves qui essaient de compléter leur scolarité par des formations professionnelles. Nous aidons ces jeunes à s'adapter à l'univers urbain de Kribi, et nous remplaçons leurs parents pour ce qui est du soutien normalement dévolu aux familles.

Ainsi cette année le FONDAF a soutenu :
 • un jeune menuisier en apprentissage chez un ébéniste
 • quatre élèves à l'école d'agriculture de Kribi
Jeunes Pygmées de Bipindi en formation agricole
L'école d'agriculture est financée par le Service de Coopération et d'Action Culturelle de l'Ambassade de France au Cameroun.
Elle propose une formation aux techniques agricoles modernes, dans un cursus de 2 ans alternant théorie et stages pratiques et sanctionné par un diplôme reconnu.

Christine, jeune Pygmée élève infirmièreLe FONDAF a également placé deux jeunes femmes Bagyeli dans une formation d'infirmière qui aura lieu l'an prochain, financée en partie par la Banque Mondiale.
Ainsi, par son implication dans le réseau humanitaire du Cameroun, le FONDAF aide ses anciens élèves à profiter du soutien des autres ONG, et notamment des grands organismes internationaux.

Christine est arrivée au Foyer toute petite. Elle fut une très bonne élève et a bénéficié d'un parrainage par le biais de SOS Enfants pendant toute sa scolarité. Elle a d'obtenu un CAP en premiers soins qui lui permet de s'inscrire à l'école d'infirmière. Son rêve : devenir animatrice au FONDAF pour être responsable de la santé des enfants du Foyer.


Au nom de tous ces enfants et de leurs familles, nous vous remercions sincèrement du soutien précieux que vous nous apportez pour l'éducation, la protection et la sauvegarde des populations Pygmées Bagyeli.

La Direction du Fondaf
Bipindi, Juillet 2012

en savoir plus sur le parrainage des enfants Pygmées