Chant et danse pour les enfants Pygmées au Fondaf Bipindi, CamerounUn autre chantier de travail mis en place au Fondaf nous satisfait beaucoup. Il s’agit de la valorisation de la culture Bagyeli/Bakola, l’objectif étant de transmettre aux enfants l’ensemble des éléments constituant leur patrimoine culturel afin de le conserver. Sont concernés : les chants, les danses, la musique et ses instruments spécifiques, les contes et proverbes, la pharmacopée et toutes les coutumes du peuple pygmée. La transmission de la culture et la sauvegarde des traditions permet de développer chez les enfants la mémoire et l’attention, les aptitudes sensori-motrices, les qualités sociales et l’esprit de groupe.

Ces activités ont lieu principalement le week-end et se font en étroite collaboration avec les parents. Une animatrice est spécialement chargée de ces activités très appréciées des enfants. La mise en pratique donne lieu à l’organisation de petits concerts et de spectacles lors des fêtes scolaires et des manifestations officielles, et c’est une façon de faire connaître toutes les richesses de la culture Bagyeli.
Dans ce chapitre culturel, un grand moment pour les Bagyeli a été le visionnage du film de Bob, diffusé sur la chaîne Planète. Tous étaient très fiers de se savoir reconnus comme un peuple ayant ses cultures et ses traditions. A la reprise de janvier, les bonnes nouvelles se sont poursuivies avec l’arrivée de Marie-France, venue de France pour assurer une formation sur l’hygiène et la santé, dont bénéficient autant les enfants que l’encadrement, et principalement Dolores, responsable de l’infirmerie. Cela a été l’occasion aussi de faire le point sur l’alimentation des enfants au foyer, afin de mieux équilibrer les menus et d’améliorer leur qualité et leur variété. Des enfants bien nourris sont plus aptes à travailler et à se concentrer.

Initiation à l'informatique pour les jeunes Pygmées du Fondaf Bipindi, CamerounAutre apport bénéfique pour le Fondaf : l’informatique, avec la venue de Mariana de l’association Nouvelles Technologies pour l’Afrique (ONG Espagnole). Elle est arrivée avec six ordinateurs portables et a initié tout le personnel et les enfants les plus grands à l’outil informatique pendant sept jours. La formation a suscité un grand intérêt au foyer. Nous mentionnons encore que la campagne d’état civil se poursuit. La difficulté principale réside dans le fait qu’il n’y a pas de médecin à Bipindi pour établir des certificats d’âge apparent.

Nous pouvons constater que les autorités administratives montrent un intérêt croissant pour le Fonfaf, intérêt qui reste pour l’instant stérile, mais nous espérons qu’à terme il y aura des retombées économiques pour le foyer.
La rénovation des locaux pour un meilleur accueil des enfants a motivé les parents qui ont pris conscience que la qualité de la prise en charge est importante pour leurs enfants. Cela s’est traduit par l’assistance massive des parents à l’assemblée de fin de trimestre. Ils s’impliquent de plus en plus dans la vie du foyer. Ils sont de plus en plus nombreux aux réunions avec une attitude positive et responsable. C’est très encourageant pour nous.

Visite de parrains aux jeunes Pygmées du Fondaf Bipindi, CamerounDernier événement d’importance : la visite des parrains Bernard et Françoise, début février. C’était la première fois que des parrains visitaient le Fondaf. Ils sont arrivés chargés de cadeaux pour les enfants. Leur séjour a été bien rempli : visite des locaux, rencontres avec les animateurs et les enfants, découverte d’un campement et participation à une soirée culturelle organisée à l’occasion de la Fête de la Jeunesse (jour férié au Cameroun).
Ils ont pu apprécier tout le travail réalisé au Fondaf dont ils sont, comme vous tous, les maillons indispensables à son fonctionnement.

Merci à tous.

La Direction du Fondaf
Bipindi, février 2009

en savoir plus sur le parrainage des enfants Pygmées