1. Activités du programme en cours et niveau atteint par les enfants

1.1. Alphabétisation

Kambale s'entraînant au rabot En début de formation, les apprenants ont été répartis en 3 classes selon leur niveau d’éducation de base, définis suivant le schéma ci-après :
  • N0 : au nombre de 2. Cette classe regroupe des jeunes qui ne savent ni lire, ni écrire ni calculer.
  • RN1 : au nombre de 10. Cette classe regroupe les jeunes qui arrivent à distinguer les lettres et les chiffres mais n’arrivent pas à y associer un sens. Ils ont oublié leurs acquis.
  • RN2 : au nombre de 8. Ce sont ceux qui savent lire, écrire et compter. Un grand nombre d’entre eux peuvent cependant rencontrer des difficultés à utiliser leur savoir dans le quotidien.
Les classes RN0 et RN1 ont reçu une série des séances d’alphabétisation avant de s’imprégner dans l’apprentissage du métier. Tous les apprenants savent à présent lire leur nom et l’écrire de manière correcte. De même, la lecture des mesures sur les différents outils est une chose acquise dans son ensemble.
A signaler : depuis le début de la formation, l’apprenant Baraka Ntakaziraho n’a cessé de se distinguer par son niveau d’alphabétisation particulièrement élevé par rapport à la classe RN2. Constatant qu’il avait dépassé l’école primaire et atteint le niveau de l’école secondaire, nous avons compris que cet apprenant serait mieux à sa place en étudiant dans un lycée. C’est ainsi que Baraka Ntakaziraho fait actuellement l’école secondaire à l’Institut Mont des Oliviers, sa scolarité est entièrement prise en charge par APROJED ainsi que ses fournitures.
A noter : cette scolarisation a pu être faite car Baraka Ntakaziraho vit en milieu stable réunifié dans sa famille. Nyionizma s'exerçant au maniement de la scie

1.2 Menuiserie

a) Formation pratique
Sur les six étapes d’enseignement pratique, trois ont été réalisées, les différentes techniques étant à présent pratiquées avec succès par la totalité des apprenants. Il s’agit des techniques suivantes :
  • le sciage,
  • le rabotage
  • les assemblages à mi-bois ainsi qu’à tenon et mortaise.
L’un après l’autre, au fur et à mesure des progrès de chacun, nos apprenants menuisiers ont pu commencer à expérimenter le montage des meubles. Ils savent déjà fabriquer des tables simples (70%), des Kasonga (utilisées par les mamans pour la cuisson du foufou) (15%), des petites caisses d’épargne (15%) et des tabourets (5%).

On peut affirmer avec certitude que cela leur plaît beaucoup, ils travaillent avec de l’enthousiasme et sont fiers de leur production. Certains apprenants maîtrisent déjà bien les techniques et nous donnent de bons espoirs. Il s’agit par exemple de :
  • Muhindo Pinda qui fabrique déjà des tabourets très honorables,
  • Asumani Famba et Kambale Luhemba qui sont plus adroits au rabot,
  • Nyionzima Désiré et Sadiki Shimiye qui sont vraiment plus forts dans le maniement de la scie.
a) Formation théorique
Les cours techniques se suivent régulièrement, les jeunes ont déjà étudié la moitié du programme théorique. Bien qu’ils préfèrent tous la partie pratique, ils sont en général attentifs aux cours et apprennent correctement. Sur les contrôles déjà effectués, les résultats sont satisfaisants pour toute la promotion quant à la vérification des acquis.

2. Nouvelles de la promotion précédente

Muhindo présente le tabouret qu'il vient de fabriquer s'entraînant au rabot APROJED continue à suivre l’évolution des lauréats de la promotion 2007 et c’est avec fierté que les animateurs ont pu remarquer que plusieurs d’entre eux sont déjà très bien installés dans leur métier.

Quelques exemples :
  • Kasereka Sinzomene travaille comme maçon-charpentier dans le quartier Himbi, quartier résidentiel et commercial très chic de Goma. A ce titre il fabrique des maisons qui sont construites en bois dont il fait également les fondations en maçonnerie. Ainsi, il gagne de quoi vivre très correctement.
  • Safari Hangi a choisi le même quartier Himbi pour s’installer comme maçon. Les choses vont bien pour lui et il vit honnêtement de son travail de maçon.
  • Mbusa Saniki a décidé de rester dans l’atelier Musienene où il a fait son stage de formation. Il s’entend bien avec le patron de l’atelier qui l’a bien apprécié pendant tout les stage et lui donne le bénéfice d’un bon salaire.
  • Bahati Bwiko fait du bon travail dans une boutique qui est située aussi dans le beau quartier Himbi.

3. Conclusion

Le premier semestre 2009 a été pour APROJED une période riche en événements. Et si la formation de nos jeunes menuisiers nous donne toute satisfaction, il convient d’ajouter que nous avons bien des raisons supplémentaires de nous réjouir. Nous vivons aujourd’hui beaucoup d’espérance car même si elle tarde à s’établir dans tout le nord Kivu, la paix si longtemps désirée semble se confirmer dans la ville de Goma,. Si tel est bien le cas, nos activités pourraient bientôt reprendre plus d’ampleur et les jeunes connaîtront enfin une plus grande stabilité dans leurs activités, après tant d’années de combats et de guerre civile.

Nous tenons à remercier sincèrement tous les généreux donateurs, Parrains et Marraines qui nous ont permis d’en arriver là et qui continuent de nous accorder leur soutien pour l’avenir de tous ces enfants si vulnérables.

MATUMO SISIMUKE
Secrétaire Exécutif APROJED
Goma, le 29 juin 2009.

Si vous le souhaitez, vous pouvez parrainer les enfants soldats en formation de menuiserie à Goma.