Actions des églises pour répondre à ces problèmes
  1. Pour la séparation des parents
    • Mettre l’accent sur le mariage religieux des parents en vue d’une meilleure stabilité du couple ;
    • Former les parents aux principes de la gestion des conflits, identifier et assister les couples en conflit avant qu’il ne soit trop tard ;
    • Accueillir et encourager les couples reconstitués et les aider à bien accueillir les enfants venant d’un autre partenaire. Même si un enfant se reconnait comme sorcier, il faut comprendre que pour lui, il s’agit d’une recherche de reconnaissance ou d’une peur de sanctions.
  2. Pour la misère familiale
    • Mettre l’accent sur l’entraide ;
    • Visiter les familles pour connaître leurs problèmes ;
    • Demander aux délégués de la paroisse de connaître et de suivre la situation des familles en difficulté ;
    • Veiller à ce que chaque enfant trouve une place dans une école primaire au moins.
  3. Pour la mauvaise éducation
    • Mettre l’accent sur l’enfant qui est l’avenir de sa famille, mais aussi sur la responsabilité des parents et non celle de la télévision ou des camarades ;
    • Le premier besoin de l’enfant est d’être accueilli, reconnu et aimé et de découvrir non seulement un amour mais aussi une autorité qui pose des principes et des limites. Aussi les Eglises peuvent souligner la grâce et la difficulté d’être parent.
  4. Pour le décès d’un parent
    • Insister sur le fait que personne n’est coupable de ce décès, et de toute façon, rechercher un coupable n’est pas source de paix mais source de division ;
    • Un enfant n’a aucun intérêt à souhaiter la mort d’un proche et encore moins d’un protecteur ou d’un parent, il a au contraire besoin d’eux tant matériellement qu’affectivement ;
    • Les églises peuvent prier pour l’enfant et pour sa protection.

L'équipe des animateurs
Décembre 2011

Si vous voulez nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.