Le moment des élections en novembre 2011, a été un moment d'espoir : les gens voulaient un changement mais les trucages ont conduit au maintien du pouvoir en place. Pendant la période troublée des élections nous avons hébergé une quarantaine d'enfants de la rue pendant deux semaines pour les protéger des violences. Lors des élections des députés, il y a eu aussi beaucoup de corruption : il y avait 18.000 candidats pour 500 postes! C'est normal, c’est comme une recherche d'un bon emploi, un député reçoit 5.000$ par mois alors qu'un enseignant en reçoit 60$ de la part de l'état.

Quand on circule dans les rues de Kinshasa, on est tout le temps pris dans des embouteillages. C’est très significatif de la situation du pays : un véhicule s'arrête au bord de la route, ou tombe en panne (ce qui est fréquent vu l'état des véhicules), le suivant passe à gauche, le suivant encore plus à gauche, celui qui vient dans l'autre sens est bloqué, et finalement plus personne ne peut passer, parce que chacun pense uniquement à lui-même et sa propre volonté de passer avant tout le monde.

En résumé en 2011, avec les 20 animateurs de notre centre Ndako ya Biso, nous avons pu réunifier 148 enfants dans leurs familles, et nous avons continué à suivre plus de 450 enfants déjà réunifiés les années précédentes; parmi ceux-ci 250 sont pris en charge pour leur scolarité et suivis dans leurs écoles, tandis qu'une quarantaine sont suivis pour une formation professionnelle.

L'équipe des animateurs
Février 2012

Si vous voulez nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.