• 18 enfants ont quitté leur famille simplement pour fuir la misère, pensant trouver une vie meilleure dans la rue. Parmi eux, 5 sont des filles et 4 sont partis sous l'influence de leurs amis.
  • 12 enfants ont été chassés par leur famille qui les accusait de sorcellerie. Parmi eux, 3 sont des filles et 2 étaient rendus responsables du divorce de leurs parents.
  • 7 enfants ont quitté leur famille pour fuir les maltraitances qu'ils subissaient. Parmi eux, 2 sont des filles dont une est partie sous l'influence de ses amies.
  • 2 garçons ont rejoint la rue suite au divorce de leurs parents.
  • 3 garçons orphelins ont été abandonnés.
  • 2 garçons se sont perdus dans la rue et n'ont pas su retrouver leur famille.
  • 4 cas atypiques :
    Chadrack : 13 ans, 4 mois de rue, il a quitté sa famille par peur après avoir cassé le bras de son frère.
    Matthieu : 12 ans, 2 ans de rue après avoir cassé les vitres de la voiture du voisin qui est un député.
    Dany : 8 ans, 2 ans de rue, il a quitté sa famille après avoir commis un vol à l'âge de 6 ans.
    Naomie : 13 ans, 13 ans de rue, fillette qui est née et a grandi dans la rue. Sa mère vit dans la rue.
Sur les 48 enfants identifiés au cours de ce trimestre, 10 ont passé moins d'un mois dans la rue, 9 y sont restés de 1 à 3 mois, 7 de 3 à 6 mois et 8 de 6 mois à un an. 5 enfants ont vécu durant 2 ans dans la rue, 4 y sont restés 3 ans et 4 autres y ont passé entre 4 et 5 ans, la dernière y ayant passé les 13 années de sa courte vie…
Enfants réunifiés durant ce trimestre
39 enfants ont été ramenés chez eux et réunifiés en famille durant ce trimestre. Parmi eux, certains étaient des enfants identifiés au cours de ce même trimestre. Citons par exemple :
  • Jérémie Lukoki : 12 ans, 1 an dans la rue après le divorce de ses parents. Il a été réunifié auprès de son père.
  • Christ-vit : 10 ans, 3 mois dans la rue à cause de la misère. Réunifiée auprès de sa mère.
  • Shadrack : 15 ans, 2 ans dans la rue pour accusation de sorcellerie. Réunifié auprès de sa mère.
  • Jonathan : 12 ans, 2 ans dans la rue pour accusation de sorcellerie. Réunifié auprès de son oncle.
  • Moïse : 10 ans, 2 mois dans la rue pour accusation de sorcellerie. Réunifié auprès de son oncle maternel.
  • Roïta : 17 ans, 3 mois dans la rue, problèmes mentaux, s'est perdu dans la rue. Réunifié auprès de son père.
  • Lajoie : 11 ans, 2 mois dans la rue à cause de la misère. Réunifiée chez sa grand-mère.
  • Trésor : 14 ans, 2 mois dans la rue à cause de la misère. Réunifié chez sa grand-mère.
  • Freddy : 13 ans, 2 mois dans la rue à cause de la misère. Réunifié auprès de sa tante.
  • Naomie : 3 ans, elle est née et a grandi avec sa mère dans la rue. Réunifiée auprès de sa grand-mère.
Ces résultats sont à mettre au crédit des animateurs qui se dépensent sans compter pour la réinsertion rapide et durable de ces enfants particulièrement vulnérables.
Enquêtes et Médiations
De nombreuses enquêtes et médiations se sont poursuivies durant ce trimestre, préliminaires essentiels à la réunification familiale. Elles sont menées par les animateurs qui sillonnent la ville à longueur de semaines, à la recherche des familles, pour instaurer une relation et entamer un dialogue qui favorisera le retour de l'enfant dans sa famille.
Quelques exemples :
  • Mimi : après plus de 5 années dans la rue, à l'âge de 17 ans, la jeune fille a manifesté le désir de retourner en famille. Elle a finalement donné l’adresse de sa grande sœur qui habite un quartier périphérique de la ville. Les enquêtes exploratoires ont hélas conduit à un refus de recevoir Mimi. Nous devons l’aider à s’installer elle-même.
  • Shadrack : des enquêtes exploratoires ont été effectuées mais n’ont pas abouti. Nous avons eu des contacts avec l’ami de son père qui accepte d’accueillir cet enfant à condition d’informer sa famille alors que cette dernière n’est pas encore retrouvée. Les enquêtes se poursuivent à cet effet.
  • Dieudonné : son grand-père a été retrouvé et contacté après plusieurs enquêtes exploratoires. Il regrette la présence de son petit fils dans la rue et se dit prêt à l’accueillir.
  • Hénoch : une enquête exploratoire et une courte médiation auprès de sa famille ont suffi pour que son oncle maternel se décide à venir récupérer son neveu au Centre
  • Jonathan : l’enfant a continué à manifester de plus en plus le désir de retourner en famille, mais cette dernière n’est toujours pas disposée à l’accueillir. Des enquêtes et médiations se sont poursuivies dans sa famille élargie et ont fort heureusement amené l’un de ses oncles à autoriser la venue de cet enfant chez lui.
  • Moïse : des enquêtes exploratoires ont été effectuées mais n’ont pas abouti car les animateurs n’ont pas pu retrouver la famille de l’enfant. Ainsi, il a été décidé d’associer l’enfant lui-même dans cette recherche. Quelques descentes avec lui ont permis de retrouver enfin l’adresse d'un oncle chez qui l'enfant a pu rester.
  • Manzambi : après multiples enquêtes et médiations, une des grand-mères a accepté de l'accueillir. La piste de sa mère a été abandonnée pour le moment. Nous espérons qu’il va tenir bon malgré la difficulté financière dans laquelle vit la grand-mère. Nous prévoyons l’octroi d’un microcrédit à la grand-mère et un appui pétrole à l’enfant.
  • Dieusauve : après plusieurs années dans la rue, l’enfant a manifesté le désir de retourner en famille. Il a enfin donné la bonne adresse de sa famille. Et une enquête exploratoire a suffi pour retrouver ladite famille.
  • Jérémie : sa famille a été contactée et a affirmé regretter la présence de leur enfant dans la rue. Le père est descendu au centre récupérer son fils.

Les responsables du Centre Ndako Ya Biso
Juillet 2010

Si vous voulez nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.