Au FONDAF, généralement, la rentrée s’étale sur tout le mois de septembre, les enfants arrivant petit à petit. Cette année, ce fut une très agréable surprise : 75 enfants se sont présentés le premier jour et la limite de 105 enfants que peut accueillir le Foyer a été atteinte dès la deuxième semaine. Hélas, faute de place et de structures suffisantes, un certain nombre d’enfants n’ont pu intégrer le Foyer, tout le monde étant conscient de la déception de ceux qui restent « au bord du chemin ».

Cette forte mobilisation montre que la population Bagyeli a pris conscience de l’importance de l’éducation pour l’avenir de leurs enfants et la survie de leur culture.

Classe ORA au FONDAF Bipindi Petit à petit, les enfants des sections ORA (maternelle) ont pris possession de leurs classes et les nouveaux venus se sont familiarisés avec leur nouvel environnement. Les élèves de Primaire et du Lycée découvrent la vie dans une structure scolaire hors du Foyer. C’est pour eux la première étape de leur intégration sociale.

La rentrée et la vie au Foyer ne peuvent se faire sans la participation active des parents. Les parents quittent leur campement pour accompagner leurs enfants au FONDAF, ce qui représente pour beaucoup d’entre eux un long trajet, dans la forêt d’abord, sur la piste ensuite. Ceux qui viennent de loin restent environ une semaine au Foyer et participent alors aux diverses tâches quotidiennes : entretien des locaux, préparation de la nourriture, aide à la marche quotidienne du Foyer, nettoyage de la palmeraie, entretien de la porcherie, du jardin…

A leur mesure, les enfants participent aux travaux quotidiens du FONDAF Ces activités partagées ont en réalité un but essentiel, celui d’accoutumer les Pygmées Bagyeli aux pratiques de la vie sédentaire, avec tout ce que cela implique comme contraintes, mais aussi comme avantages. Ainsi, les parents s’initient progressivement aux techniques de l’élevage et des cultures, deux activités qui n’appartiennent pas à leurs traditions. Ils apprennent par exemple quel parti on peut tirer des noix de palme par l’extraction de l’huile et voient comment ils peuvent transposer ces notions dans leurs campements. Il est essentiel qu’ils se forment à de nouvelles pratiques car la déforestation menace leur survie et réduit considérablement leurs territoires traditionnels de chasse, les forçant à une semi-sédentarisation.

Repas de midi pour les plus jeunes enfants à la cantine du FONDAF L’implication des parents est très régulière, à chacun de leur passage au Foyer avant et après les vacances pour chercher ou amener leurs enfants (trois à quatre semaines par an). Un groupe de parents reste sur place toute l’année pour s’occuper à plein temps de la palmeraie et de la porcherie. Les grands enfants peuvent, s’ils le désirent, participer au travail dans la palmeraie les mercredis après-midi et les samedis. On notera qu’il y a aussi un groupe de jeunes bénévoles qui s’occupe de nourrir les porcs tous les jours.

Au niveau scolaire, l’organisation des différentes classes et les activités prévues pour l’année, se mettent progressivement en place. Ce fera l’objet de notre prochaine lettre.

En vous remerciant de votre soutien, bien cordialement.

La direction du FONDAF
Bipindi, novembre 2007

en savoir plus : parrainage d'un enfant Pygmée