Fête de Noël pour les enfants des rues du Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa Voici quelques témoignages de la journée :

« J'avais peur, mais j'ai tout de suite été accueilli comme un enfant de la famille. »
« Ils parlaient de moi, d'abord comme notre hôte de marque, ensuite comme notre nouveau fils. »
« On a pris des photos, et c'est moi qui gardais le bébé dans mes bras. »
« Le papa m'a donné en même temps qu'aux autres enfants de l'argent pour acheter un petit cadeau, cela m'a rappelé ce que faisait mon papa quand il était encore vivant. »
« Quand j'ai été fatigué, ils m'ont proposé d'aller dormir sur le lit de leur fils, j'ai dormi sur un vrai lit ! »
« Ce qui m'a frappé c'est que l'on n'a pas mangé chacun de son côté, mais que toute la famille était assise autour de la table pour manger, je n'avais jamais vu cela. »

Un enfant a même été dans sa propre famille :
« Je suis parti à la maison de ma famille, mais je ne voulais pas être vu, j'avais peur. C'est un voisin qui est allé prévenir mon papa qui est venu m'accueillir et me demander si je rentrais. Je lui ai menti en lui disant que le Centre ne nous avait donné congé qu'aujourd'hui, mais je veux rentrer après la bonne année. »

Tous les enfants ont été très heureux de cette journée qui les a marqués et leur a donné une autre image possible de la famille. Plusieurs ont souhaité rentrer en famille après la nouvelle année. Pour le Nouvel An, nous avons organisé le 31 décembre une fête des enfants dans nos locaux. Ils ont pu boire, manger et danser sur les rythmes qu'ils aiment.

Le 1er janvier, nous leur avons proposé de préparer une carte de vœux pour leur famille d'origine et d'aller lui souhaiter la bonne année. La plupart d’entre eux ont eu peur de s’y rendre et sont restés dans la rue ou bien sont retournés dans les familles qui les avaient reçus pour Noël. Mais début janvier, plusieurs enfants nous ont demandé comment nous pouvions les aider à rentrer dans leur famille et à recommencer l'école. Une belle récompense pour nous !

L'équipe des animateurs
Janvier 2013

Si vous voulez nous aider, vous pouvez parrainer lesenfants des rues de Kinshasa.