Nous vivons dans un pays où l’eau ne pose pas de problème, la pluie est toujours au rendez-vous ; mais encore faut-il bien la canaliser et savoir la distribuer dans tous les quartiers de la ville.

Le manque d’eau est très pénalisant pour nous. Nos enfants ont besoin de prendre une douche, nous n’aimons pas qu’ils se jettent dans la rivière polluée pour se laver ou encore aillent chercher de l’eau dans le quartier en faisant n’importe quoi et en risquant gros…

Nous avons mis des gouttières sur nos toitures, mais avec le nombre d’enfants du centre, le réservoir de 2500 litres rempli est très rapidement vidé. Que faire alors pour trouver une solution ? Des amis nous ont parlé de la possibilité d’un forage. Un ministre local que nous avons consulté nous a encouragés dans ce sens : « si l’Etat n’arrive pas à vous fournir, organisez-vous vous-mêmes ! ».
Réalisation d'un forage pour l'installation d'une pompe à eau au Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa C’est ainsi que, grâce à l’organisation Misereor qui nous a mis en contact avec une entreprise spécialisée en forage manuel, nous avons pu réaliser un forage de 15 m dans le Centre des garçons en novembre 2017.

La première et la deuxième tentative ont échoué parce qu’elles ont rencontré des roches trop dures. Mais au troisième essai, les foreurs ont trouvé l’eau à 15m de profondeur. Ils ont placé un tuyau et ont posé une dalle de béton. Mais rien n’est apparu et les enfants se sont inquiétés :« Comment peuvent-ils dire qu’il y a l’eau ? »

Il a fallu attendre encore quelques jours pour que l’équipe des techniciens vienne placer une pompe manuelle et que l’eau jaillisse : « Il y a de l’eau ! Nous avons de l’eau et beaucoup d’eau ! et l’eau est belle, elle est propre  on ne devra plus aller loin pour chercher de l’eau ! … ». Très excités, les enfants ont commencé à crier en dansant tout autour de la pompe. Le 4 novembre, cette date va rester comme le jour de l’eau à Ndako Ya Biso !
Une roue de vélo en guise de pompe à eau au Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa
Depuis cette date, la pompe du forage procure de l’eau en abondance, sans limite de temps ni de quantité, au grand plaisir de nos garçons qui aiment la faire fonctionner, mais aussi de tous nos voisins du quartier.

Comme la pompe est montée autour d’une roue de vélo que l’on fait tourner avec une manivelle, les enfants l’ont immédiatement baptisée « l’eau vélo ».

Mais que faire pour le Centre des filles ? Nous ne pouvions pas les laisser sans eau. La première solution envisagée a été de les brancher sur le forage réalisé chez les garçons, mais cela impliquait de pouvoir traverser plusieurs parcelles locales sans avoir aucune garantie que les propriétaires de ces parcelles ne se brancheraient pas eux-mêmes ou ne détourneraient pas l’eau à leur profit !

C’est pour cela que nous avons tout naturellement eu l’idée de réaliser un deuxième forage dans le Centre des filles. L’équipe du forage venait de la ville de Kikwit, à 600km de Kinshasa, et devait y retourner après avoir réalisé plusieurs forages à Kinshasa. Pour ne pas retarder notre projet, ils ont généreusement accepté de réaliser un forage chez les filles avant de repartir à Kikwit, tout en acceptant d’attendre trois mois pour que nous puissions trouver le financement de leur travail.
Forage pour avoir de l'eau au foyer des filles du Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa
Les six hommes de l’équipe ont installé leur chantier dans le Centre des filles la dernière semaine d‘avril et les filles, très curieuses, leur ont demandé comment on pouvait trouver de l’eau sous la terre et comment cette eau pouvait remonter jusqu’à la surface. « Pourquoi faut-il tourner une manivelle comme quand on fait la pâte avec les arachides ? »
Installation d'une fontaine avec pompe à eau au Centre Ndako Ya Biso pour les filles des rues de Kinshasa Aussi, ce fut la fête le 5 mai quand le forage a pu être achevé à la profondeur de 17m et que la pompe manuelle a été placée. La première fille a tourné la manivelle et a été toute contente de voir surgir l’eau, alors toutes ont voulu faire la même chose et elles se sont mises elles aussi à danser de joie autour de la pompe. C’était à nouveau la fête de l’eau et toutes les filles ont embrassé l’équipe du forage pour sa bonne réalisation.

« Maintenant, on a de l’eau pour toujours, on ne doit plus sortir et chercher de l’eau ailleurs »… ont dit les enfants.

« Et on ne doit plus payer pour de l’eau que l’on ne voit que trop rarement ! » a ajouté notre comptable !

De l'eau pour les enfants des rues du Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa

Merci sincèrement de votre aide qui nous permet de réaliser cela !

Si vous voulez nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.