Les parents ont fini par comprendre, ils ont accepté le retour de Gédéon et ont changé d’attitude face aux deux enfants. La famille a dû déménager car l’accusation de sorcellerie s’était répandue dans le quartier et les garçons se trouvaient stigmatisés. Nous avons apporté une garantie locative pour l’obtention d’un nouveau logement et la maman a reçu un microcrédit qui lui a permis d’entreprendre un petit commerce. Nous avons aussi réinscrit Gédéon et son frère à l’école en classe de 5ème et 4ème année primaire. Aujourd’hui, grâce au microcrédit, la famille parvient à subvenir aux besoins des deux frères.