Bébé atteint d'un bec-de-lièvre recueilli au Village d'Enfants Bumi de Karavia en RD Congo Vous vous souvenez peut-être du bébé Baraka arrivé en septembre 2017 et atteint d’un bec-de-lièvre. Il est suivi depuis son arrivée par le Pr Seba Mbuyi, spécialiste de ce type de chirurgie.

Des examens approfondis ont hélas permis de diagnostiquer une malformation cardiaque nécessitant une opération en Europe.
Un cardiologue de la région effectue la liaison avec le Mécénat Chirurgie Cardiaque et une collecte a été lancée par le photographe humanitaire Aydin Matlabi pour financer l’intervention chirurgicale qui permettra à Baraka de retrouver enfin la santé.

Le bébé de Rosette

Une histoire datant de quelque temps déjà mais méritant d’être racontée.

Lucien Moser se souvient :
Comme nous le faisons pour tout enfant en situation difficile, nous recevons Rosette le 2 avril. L’éducateur l’écoute, remplit la fiche d’identification, cherche à comprendre son histoire et le pourquoi de sa venue à BUMI.
Rosette a 16 ans. Sa tante, chez laquelle elle habitait avec sa mère veuve, l’a chassée brutalement : « On ne veut plus de toi, va où tu veux. » L’éducateur va voir la famille et entend le même discours, sans explications. La tante refuse de garder Rosette et la maman ne fait aucun geste en faveur de sa fille.

Nous gardons donc Rosette qui parle bien le français et nous l’inscrivons à l’école. Au mois d’août, par hasard, nous découvrons un petit ventre pas comme les autres. Après examen médical, une grossesse de cinq mois au moins est découverte.
Rosette avait le numéro de téléphone de son « ami » ; pas de réponse après plusieurs appels.

Nous la prenons chez nous pour qu’elle puisse vivre sa grossesse dans les meilleures conditions. Tout va très bien, jamais une plainte, jamais une douleur exprimée, Rosette est toujours active comme peut l’être une enfant de 16 ans.
Bébé né au Village d'Enfants Bumi de Karavia en RD du Congo
Le 12 octobre, au milieu de la nuit, on frappe à la fenêtre de notre chambre à coucher : « Maman Thérèse, j’accouche ! » Le temps d’ouvrir la porte, le bébé, une petite fille de 2,5 kg, nous crie bonjour.
Imaginez notre surprise.
Nouvel coup de fil à son ami qui décroche et laisse juste le temps à Rosette de lui dire qu’elle a accouché.
Réponse : « Je ne te connais pas ! »
Et il raccroche.

Baptisée Leila, la petite fille est restée chez nous avec sa maman, le temps pour Rosette de terminer l’école primaire et de prendre en main son destin.


Chaque enfant qui arrive à BUMI a sa propre histoire, la plupart du temps bien douloureuse. BUMI est pour tous le tremplin vers une vie nouvelle qui passe par l’accueil, l’éducation, la scolarisation et, parfois, la réinsertion familiale.

Un exemple de réinsertion réussie : l’histoire de Stanislas

Stanislas est arrivé au Centre d’accueil de Kamalondo en octobre 2014, exténué et désespéré. Il avait environ 7 ans et a pu raconter sa triste histoire.
Au divorce de ses parents, Stanislas est resté avec sa mère qui n’a pas tardé à l’abandonner et à le renvoyer chez son père. Mais le père n’a pas voulu de l’enfant et s’en est déchargé auprès de son propre père, prétextant la grande insuffisance de ses revenus. Le grand-père n’a pas voulu garder l’enfant et l’a envoyé à BUMI en lui ordonnant de dire que ses parents étaient morts.
Stanislas, enfant réinséré dans sa famille en RD Congo Stanislas a donné le numéro de téléphone d’une tante qui gardait soit-disant ses frères et sœurs. Mais hélas personne n’a jamais répondu à ce numéro et nos recherches sont restées vaines depuis tout ce temps. Jusqu’à ce beau matin où la maman a fait sa réapparition à BUMI, demandant à voir son fils et à se faire reconnaître par lui.

Elle a raconté son histoire : elle s’était remariée mais elle n’a pas eu d’autre enfant et son deuxième mari venait de la quitter pour une autre femme. Se retrouvant seule, elle a voulu rechercher les enfants qu’elle avait abandonnés. Elle n’a pas trouvé trace de sa belle-soeur à qui les trois plus jeunes ont été confiés mais elle savait que l’aîné était à BUMI où le grand-père l’avait abandonné.

Stanislas a été bouleversé par la venue de sa mère. Mais il ne s’est pas précipité dans ses bras. Il a fallu attendre, un temps d’adaptation a été nécessaire avant que l’enfant fasse un pas en direction de sa mère.

Sur les conseils des éducateurs, la maman est revenue régulièrement à BUMI pour rencontrer son fils. Le temps a fait son œuvre et Stanislas a commencé à s’attacher à elle. Aussi, quand sa maman lui a proposé de venir chez elle, Stanislas n’a pas hésité, même si le changement était radical pour lui qui n’a presque pas connu d’autre famille que BUMI. Il a commencé par quelques week-ends passés chez sa maman et, au fil des semaines, il s’est rapproché d’elle au point de choisir, juste avant les fêtes de fin d’année, de quitter le Centre BUMI et d’aller vivre définitivement avec sa maman.

Aujourd’hui, Stanislas est heureux, il profite d’une vraie vie de famille avec sa maman et continue avec succès ses études en 1ère année secondaire.

Au nom de tous les enfants qui trouvent à BUMI la chance de se construire un avenir, nous vous remercions sincèrement !