SOS Enfants, le Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

3 mai 2017

Au Burkina, l'école de la deuxième chance

en savoir plus : parrainer un enfant au Burkina Faso

L’AZN est un groupement de onze villages. Le CIER qui encadre les programmes scolaires permet la scolarisation des enfants au Primaire, au Secondaire et pour certains à l’Université.
Elèves des écoles de la région de Guié au Bukina Faso Depuis que le CIER a mis en place le système de parrainages scolaires, SOS Enfants s’est engagé à ses côtés, avec le soutien de ses fidèles parrains et marraines, pour permettre l’accès à l’éducation au plus grand nombre. Ce sont ainsi des milliers d’enfants qui ont pu être scolarisés.
Malheureusement, il reste encore des enfants qui n’ont toujours pas accès à l’école.
Et un autre constat s’impose, certains abandonnent avant d’avoir terminé leur cycle du primaire. Plusieurs raisons à cela : la plus fréquente est d’ordre économique mais le découragement de l’enfant est bien souvent en cause. Les classes de CP sont surchargées et accueillent parfois plus de 80 élèves. Comment trouver sa place dans ces conditions lorsque l’on a besoin d’un peu plus d’encadrement ?

On perd vite pied, on ne trouve pas d’aide à la maison car la famille est souvent analphabète et, peu à peu, on se résigne à abandonner …

Lire la suite...

15 février 2017

Un trimestre plein de surprises au Burkina Faso

en savoir plus sur le parrainage de nos enfants du Burkina Faso

Cette année, 2 800 élèves sont répartis dans les différentes classes des 13 écoles encadrées par l'AZN.
Elèves des écoles de la région de Guié au Bukina Faso Comme chaque année, le nombre de filles égale celui des garçons.

Les enseignants, l’équipe du CIER de l'AZN, tout le monde s’est mobilisé pour que le premier trimestre se passe au mieux.

Lire la suite...

12 janvier 2017

Remise de matériel pédagogique à l'école de Namassa

en savoir plus sur le parrainage de nos enfants du Burkina Faso

L’école de Namassa, que vous connaissez tous maintenant grâce au dynamisme de son directeur, a bénéficié d’une remise de matériel pédagogique et de fournitures spécifiques au grand bonheur de tous.
Remise de matériel pédagogique pour la rentrée scolaire 2016 à l'école de Namassa au Bukina Faso Il faut savoir que les écoles rurales sont rarement dotées de supports pédagogiques et que, de plus, les élèves n’ont pas de manuels scolaires.

Comment imaginer les frontières de son pays sans jamais avoir vu une carte ? Et comment parler du corps humain sans images, sans photos ?

Lire la suite...

18 novembre 2016

Des haricots pour payer les cours de soutien scolaire...

en savoir plus sur le parrainage de nos enfants du Burkina Faso

Vous vous souvenez peut être des nouvelles que nous vous avons adressées en mai dernier : L’école primaire de Namassa a un Directeur exemplaire. Francis Guelbeogo, responsable des parrainages scolaires au sein de l'AZN, retraçait pour nous l’histoire très attachante du directeur d’une école primaire de l’AZN et de ses anciens élèves devenus collégiens.
L’AZN et SOS Enfants s’étaient engagés à financer pour ces élèves des cours de soutien scolaire, de février jusqu’à la fin de l’année scolaire 2015-2016.

Il y a une suite !

Ces élèves sont maintenant en classe de 5ème et ils avaient très envie de continuer ces cours de soutien pour maintenir le bon niveau qu’ils ont acquis durant leur première année au collège.
Les élèves de Namassa cultivent des haricots pour payer leurs cours de soutien scolaire au Bukina Faso Ils ont cherché une solution et ont eu une très bonne idée : tous ensemble, ils ont pris l'initiative de cultiver un champ de haricots pour gagner un peu d’argent, de quoi payer quelques séances de soutien scolaire.

Lire la suite...

7 mai 2016

L’école primaire de Namassa a un directeur exemplaire

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Une grande réforme scolaire vient d’avoir lieu au Burkina Faso. Jusqu’à présent, les élèves qui terminaient l’école primaire passaient leur Certificat d’Etudes Primaires et ceux qui voulaient entrer au collège étaient ensuite soumis à un deuxième examen spécifique.
Aujourd’hui, cet examen d’entrée en 6ème a été supprimé et tous les élèves qui obtiennent le Certificat d’Etudes Primaires accèdent en classe de 6ème.
Cours de soutien scolaire pour les élèves de Namassa au Bukina Faso A ce sujet, l’histoire de l’école de Namassa et de son Directeur mérite vraiment que nous la partagions avec vous. Cette école a été construite en 2009 avec 86 élèves qui entraient en CP1. Monsieur Soramiè Sirima en a été le premier instituteur, puis il en est devenu le Directeur.
Au fil du temps, hélas, une grande partie des enfants de cette première promotion ont abandonné, poussés par le découragement. Il n’est pas facile d’apprendre à lire et à écrire dans une classe de plus de 80 élèves, avec un seul instituteur pour aider et guider tout le monde…

En CM2, ils n’étaient plus que 36 enfants, mais ils étaient tous très motivés. Et juillet 2015 a vu cette première promotion d’élèves se présenter à l’examen du Certificat d’Etudes.

Lire la suite...

5 février 2016

Cantines scolaires en situation d’urgence au Burkina

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Nos cantines scolaires en situation d’urgence
Distribution d'eau à l'école de Guiè au Bukina Faso Au Burkina Faso, les écoles qui veulent mettre en place une cantine scolaire doivent s’en remettre à la participation des familles. Dans les zones sahéliennes, comme celle où se trouve l’AZN, c’est souvent au cours du 2ème trimestre que l’organisation de ces cantines se révèle nécessaire.
Le 1er trimestre de l’année scolaire correspond à la période des récoltes, les familles mangent à leur faim.

L’année 2015 a été une année qui a connu une pluviométrie très irrégulière. Certaines familles commencent à voir leurs greniers de céréales se vider.
Nous allons entrer dans une période critique.

Le problème épineux des repas de midi à l’école va se faire sentir.

Lire la suite...

31 mars 2015

Une année scolaire perturbée au Burkina Faso

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

La marche de nos écoles vers la réussite
Une classe de l'école primaire Guiè A au Bukina Faso Comme à l’accoutumée, les établissements scolaires ont rouvert les portes en octobre. Mais le bouleversement socio-politique a entaché les activités scolaires et tout ne marche pas comme il faut. Le « Printemps Burkinabé » intervenu fin octobre avec le départ du régime COMPAORE a bouleversé les cours pendant plus 2 semaines.
Parallèlement à cela s’est posé comme chaque année le problème de la mutation trop fréquente des enseignants. Cela entraîne des difficultés certaines : d’un côté les enfants ont à faire à de nouveaux visages, de l’autre les nouveaux enseignants ont besoin d’apprendre à connaître les enfants et les lacunes de chacun.
Ceci fait perdre un temps précieux, ajouté aux semaines passées à attendre que la situation sociopolitique se stabilise. Enseignants et élèves se sont ensuite serré les coudes pour rattraper ce retard.

Lire la suite...

22 avril 2014

Burkina : Petite revue des écoles primaires de l'AZN

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

L'école primaire A de Guiè est la plus ancienne de nos écoles, elle scolarise le plus grand nombre d’élèves avec 457 élèves dont 223 Filles et 234 garçons. Les classes de CP accueillent en moyenne 70 élèves chacune.
Son taux de réussite de près de 90% au CEP en 2013 lui donne une excellente réputation.
Une classe de l'école primaire Guiè A au Bukina Faso
Grâce à l’appui de l’état, l’école offre actuellement à ses élèves un repas tous les midis, ce plat est composé du riz mélangé à des haricots et accompagné d’huile.
Mals cette aide de l’état est éphémère puisque la dotation ne couvre que le 2ème trimestre qui a pris fin le 22 mars dernier.
Lire la suite...

19 juillet 2012

Burkina : bilan scolaire 2011/2012 très satisfaisant

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

L’année scolaire s’est déroulée de manière très satisfaisante, au primaire comme au secondaire.
Classe primaire de l'école de Guiè
Au niveau des écoles primaires, les élèves ont eu cours jusqu’au 10 juillet. Nous n'avons constaté que quelques rares abandons et nos écoles partenaires se sont illustrées par leurs excellents résultats à l’examen du Certificat d’Etudes Primaire (CEP) et au concours d’excellence. Sur un effectif de 359 candidats, 242 sont admis au CEP soit un taux de 67,40%.

Lire la suite...

21 février 2012

Burkina : Un début d’année difficile mais plein d’espoir

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Ecoles primaires à Guiè Après trois mois de vacances marquées par les travaux champêtres pour les uns, la garde du bétail pour les autres, une nouvelle année scolaire a démarré le 3 octobre 2011. Enseignants et élèves et retrouvent pour affronter les programmes d’enseignement.

Dès les premières semaines, écoles et collèges ont été envahis pour les inscriptions scolaires.

Lire la suite...

2 mai 2011

Burkina Faso : Un deuxième trimestre chaotique

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Classe d'école primaire dans la région de Guiè au Burkina Faso Le 2ème trimestre a été émaillé de troubles qui ont gagné l’ensemble du pays, obligeant le gouvernement à réagir. Par décret ministériel, il a décidé la fermeture de tous les établissements scolaires burkinabé.
Ces troubles ont débuté le 20 février dans la région du Centre Sud du Burkina Faso après le décès suspect d’un collégien de 3ème qui aurait succombé aux coups donnés par des policiers. Cette mort a plongé le pays dans une crise importante car tous les élèves sont sortis dans la rue, ils ont brûlé des commissariats de police et un certain nombre d’autres biens publics.

Cette « insurrection » a duré un mois et, pour apaiser les esprits, le gouvernement a renvoyé tous les élèves et étudiants à la maison en congés anticipés. Ainsi, les vacances du 2ème trimestre qui auraient dû avoir lieu du 24 mars au 5 avril ont été avancées au début du mois de mars.

Lire la suite...

10 mars 2011

Burkina : ces enfants qui désirent tant apprendre à lire...

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Apprendre à lire et écrire à l'école primaire au Burkina Faso L’année scolaire avait plutôt bien commencé car les cours ont repris dès le début du mois d'octobre, contrairement aux années précédentes où la rentrée effective n’avait eu lieu qu’en novembre.

Encouragés par une pluviométrie favorable, les parents d’élèves étaient au rendez-vous pour les inscriptions et réinscriptions des leurs enfants. Ce faisant, la parité entre filles et garçons ne se discute plus, nous enregistrons même dans certaines écoles plus de filles que de garçons. Les écoles partenaires du CIER connaissent un essor de leurs effectifs qui ne cessent d’augmenter. La conséquence de cet afflux est que plusieurs écoles nous sollicitent déjà pour une extension de leurs infrastructures scolaires.

Lire la suite...

10 avril 2010

Burkina : Une cantine pour les enfants de Kouila

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Logements pour les maîtres et cantine pour les élèves
Délimitation des logements des enseignants de l'école B de Guiè, Burkina Faso Les vacances de Pâques arrivent et il est temps pour nous de vous donner quelques nouvelles des écoles de la région de Guiè. Les enfants profitent actuellement de quelques jours de vacances avant d’entamer la fin de l’année scolaire qui aura été marquée par deux grands événements qui ont occupé notre communauté depuis la rentrée d’octobre.

Construction des logements des enseignants de l'école B de Guiè, Burkina Faso La construction de logements pour les enseignants de Guiè d’abord. Promise depuis un certain temps, elle s’est enfin concrétisée pour la plus grande joie des enseignants qui n’habitent pas à Guiè et qui avaient les plus grandes difficultés à venir travailler durant la période des pluies.

Lire la suite...

18 novembre 2009

Burkina Faso : rentrée scolaire pour les enfants de Guiè

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Dans les villages, les enfants ont repris le chemin de l’école.
Sur le chemin de l'école au Burkina Faso Le 1er Octobre fut le jour de la rentrée scolaire sur toute l’étendue du territoire national et tous les élèves ont repris le chemin de l’école.
La première semaine fut réservée aux inscriptions, réinscriptions et au désherbage des cours d’école.
Les écoles partenaires du CIER connaissent une affluence très forte du fait qu’elles disposent des conditions appropriées pour l’instruction.
Les frais de scolarité et les fournitures sont pris en charge grâce à la générosité des parrains et marraines qui se sont toujours préoccupés de l’avenir des enfants.

Avec les inscriptions qui se poursuivent, nous n’avons pas encore l’état réel des effectifs de nos écoles mais nous estimons avoir environ 2400 élèves à prendre en charge cette année.

Lire la suite...

18 juillet 2009

Burkina Faso : Construction de l'école de Guiè B

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Construction de l'extension de l'école B de Guiè
Construction d'une extension de l'école B à Guiè À la rentrée 2008/2009 l’école B de Guiè accueillait 208 élèves dont 117 garçons et 91 filles répartis en 4 niveaux : le CP1, le CP2, le CE1 et le CE2.
A cette dernière rentrée, une classe de CP1 a été ouverte pour 61 enfants (22 filles et 39 garçons) tous âgés de 7 à 8 ans. Faute de place, les cours ont eu lieu sous une paillote construite par les parents qui se sont aussi mobilisés pour transformer la cantine en habitation pour le nouvel instituteur. Conscients que cette situation ne pouvait être que provisoire, l’AZN a cherché de l’aide pour le financement d’une extension de l’école.

C’est l’association SOS Enfants qui assure le financement de cette construction et nous a ainsi permis d’entamer le chantier dès ce mois d’avril.

Lire la suite...

20 avril 2009

Burkina Faso : Nouvelles des écoles de la région de Guiè

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

La classe supplémentaire de Guiè B sous la paillotte
Brèves des écoles
Prenant conscience de l’importance revêtue par l'instruction et l'éducation, les parents sont de plus en plus nombreux à inscrire leurs enfants dans les écoles de la région de Guiè. Et le manque de places dans les différents établissements devient un réel problème. A la rentrée dernière, l’école B de Guiè a dû ouvrir une nouvelle classe de CP1, et faute de bâtiment disponible, les enfants ont élus domicile sous une paillote construite par les parents juste à côté du bâtiment central de l’école.

Fort heureusement, SOS Enfants vient de trouver un financement pour construire l’extension de l’école Guié B. Le chantier vient de démarrer et nous avons bon espoir que la construction des trois nouvelles classe soit terminée à temps pour la rentrée d’octobre. Cela permettra de réduire un peu les effectifs surchargés de Guié A et d’accueillir de nouveaux enfants qui sont jusqu’ici restés éloignés des bancs de l’école par manque de places disponibles.

Lire la suite...

26 janvier 2009

Burkina : les nouvelles du Centre d'Instruction et d'Education Rural de Guiè

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Rentrée scolaire, les parents d’élèves en quête de place dans les écoles
Entrée en classe à l'école primaire de Samissi au Burkina Faso
Le début du mois d’octobre, date officielle de la rentrée scolaire au Burkina Faso, est une période au cours de laquelle les parents d’élèves multiplient les va-et-vient entre les écoles et les collèges pour inscrire leurs enfants.
Petite écolière burkinabè écrivant sur son ardoise Nous sommes intervenus auprès des établissements pour faciliter l’inscription des enfants de la zone de Guiè car nous assistons ces dernières années à un manque important de place dans les établissements.

Le parrainage du Primaire prend en charge cette année 2 120 élèves répartis dans les 9 écoles partenaires (Douré, Doanghin, Kouïla, Guiè A, Guiè B, Cissé Yargho, Samissi, Lindi et Babou) tandis que le parrainage du Secondaire scolarise 300 collégiens.

Comme d’habitude, nous prendrons en charge les frais de scolarité, de fournitures et d’entretien des élèves.

Lire la suite...

25 juillet 2008

Burkina : Brèves des écoles de la région de Guiè

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Brèves des écoles
L’école primaire de Doanghin inaugurée en décembre dernier fait la joie des 80 élèves de la première classe ouverte, le CP1 Cours Préparatoire 1ère année.
L'école primaire de Kouila
A Kouïla, nous avons démarré les travaux de réalisation d’une clôture mixte qui délimitera le terrain de l’école. La clôture entourera l’école et les logements des instituteurs, disposant ainsi un terrain dans lequel les élèves pourront apprécier un environnement protégé de la dent du bétail et se familiariser avec le bocage.
L'école primaire de Guiè A au Burkina Faso
Malgré ses deux écoles, le village de Guiè connaît des problèmes d’accueil.
Avec 6 classes à Guié A et 3 à Guié B, l’effectif cumulé des deux écoles est de 627 élèves, soit 70 enfants par classe. Or la population scolarisable dépasse les 1000 enfants. Compte tenu de cette capacité d’accueil nettement insuffisante, les parents éprouvent d’énormes difficultés pour inscrire leurs enfants.

Lire la suite...

18 juin 2008

Au Burkina, la désertification n'est plus une fatalité

en savoir plus sur la Ferme Pilote de Guiè au Burkina Faso

Au Burkina Faso, des paysans font reverdir le Sahel

Un article publié dans Le Monde du 18 juin 2008

Gaëlle DUPONT, envoyée spéciale au Burkina Faso
Au Sahel, des techniques traditionnelles permettent de lutter contre la désertification et de s'adapter au changement climatique. Un cheval est attaché à l’entrée de la cour d’Ali Ouedraogo, dans la bourgade de Gourcy, à 150 km au nord de Ouagadougou, la capitale burkinabée, en plein Sahel. Ce n’est pas banal : l’animal est un signe de réussite, la preuve qu’à 78 ans, Ali Ouedraogo vit mieux que ses voisins, paysans comme lui. Au milieu de sa cour, trois greniers circulaires sont remplis de sorgho à ras bord. Il y a là de quoi nourrir toute la famille jusqu’à la prochaine récolte, en septembre, peut-être même plus. Quarante personnes, dont une ribambelle d’enfants, en vivent, alors que d’autres familles sont déjà à court. Elles devront survivre avec le babenda, un plat de disette au goût d’épinards fades, constitué d’une poignée de céréales et de brassées de feuilles.
Les champs d’Ali Ouedraogo ne ressemblent pas à ceux de ses voisins. Ici, l’habitude, c’est de déboiser, de planter et de récolter, jusqu’à épuisement des sols, puis de recommencer un peu plus loin. Les paysans laissent derrière eux un zipellé. Une terre stérile, aussi nue que du carrelage. Plus la population augmente, plus le besoin en terres est grand, et plus le sol s’épuise. C’est l’engrenage de la désertification, aggravé par les facteurs climatiques.

Lire la suite...

25 mai 2008

Crise alimentaire mondiale et famine au Sahel

en savoir plus sur la Ferme Pilote de Guiè au Burkina Faso

La situation dans la région de Guiè
Crise alimentaire, désertification et famine au Sahel, Guiè, Burkina Faso En 2007, dans la région de Guiè, la saison pluvieuse a commencé en juillet, avec un mois de retard. Puis, pendant deux mois et demi, les pluies ont été abondantes, souvent destructives. A la mi-septembre, la pluie s’est arrêtée brusquement, un mois trop tôt. Beaucoup de récoltes se sont desséchées avant de mûrir ; depuis la famine est dans tous les esprits car chez nous tout le monde est agriculteur !

Lire la suite...

29 janvier 2008

Burkina Faso : Rentrée scolaire 2007/2008 et inauguration de l'école de Doanghin

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Rentrée scolaire : encore des classes pléthoriques
Les élèves du primaire et du secondaire ont repris le chemin de l’école le 1er octobre. Cette année, ce sont 1975 élèves du primaire (848 filles et 1127 garçons), répartis dans les neuf écoles (Douré, Doanghin, Kouïla, Guié A, Guié B, Cissé-Yargo, Samissi, Lindi et Babou) et 200 collégiens du secondaire qui sont pris en charge par les parrainages.

Une classe de l'école primaire de Samissi au Burkina FasoCe soutien est un réel soulagement pour les familles des élèves car le paiement des frais de scolarité, des fournitures et des frais médicaux qui constituaient des angoisses pour eux à chaque début d’année n’est plus un souci.

Lire la suite...

15 janvier 2008

Burkina Faso : Pluviométrie à Guiè en 2007

en savoir plus sur la Ferme Pilote de Guiè au Burkina Faso

Cette année, nous accusons un déficit moindre qu'en 2006, mais avec une très mauvaise répartition, ce qui a entraîné des catastrophes agricoles chez certains paysans de notre région. Mesure de la pluvométrie au Sahel, Guiè, Burkina Faso
Nous avons reçu 647 mm d'eau en 2007, répartis sur une période de 20 semaines. Cela nous donne une moyenne de 32 mm par semaine sur l'ensemble de cette période pluvieuse (13 mai au 20 septembre). Mais seules 18 semaines de cette période ont été réellement pluvieuses et 2 semaines n'ont connu aucune pluie (une en mai et une en juin).

Lire la suite...

20 juillet 2007

Burkina Faso : Enfin les vacances scolaires à Guiè

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

SouleymaneChers parrains et marraines,

Voilà deux semaines que les écoles de la région de Guié ont fermé leurs portes et je viens vous donner quelques nouvelles des écoliers que vous parrainez.

L’année scolaire s’est bien terminée, mais hélas, nous avons eu à pleurer le décès d’un élève de l’AZN, Souleymane Kabre. Il n’a pas survécu à une méningite foudroyante et nous a malheureusement quittés le 23 mars...
Nous présentons nos très sincères condoléances à sa Marraine qui l'a accompagné tout le long de sa scolarité.

Lire la suite...

15 février 2007

Burkina Faso : Pluviométrie insuffisante en 2006 à Guiè

en savoir plus sur la Ferme Pilote de Guiè au Burkina Faso

La pluviométrie enregistrée en 2006 a été une fois de plus nettement insuffisante pour le Sahel.

Pluvométrie insuffisante en 2006 au Sahel, Guiè, Burkina FasoAu niveau de la Ferme Pilote de Guiè, nous accusons un sérieux déficit. Alors qu'une saison normale donne autour de 750 mm, nous avons reçu 529 mm d'eau en 2006 répartis sur une période de 26 semaines. Cela nous donne une moyenne de 20 mm par semaine sur l'ensemble de cette période pluvieuse (24 avril au 19 octobre). Mais seules 23 semaines de cette période ont été réellement pluvieuses et 3 semaines n'ont connu aucune pluie (deux en mai et une en octobre).

Lire la suite...

21 juillet 2006

Burkina Faso : Fin de l'année scolaire à Guié

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Chers parrains et marraines,

En cette fin d’année scolaire, nous venons vous donner quelques nouvelles des élèves soutenus par l’AZN grâce aux parrainages.

Souleymane1075 enfants ont été pris en charge cette année tant sur le plan scolaire que sur celui de la santé.

Les travaux d’amélioration des locaux entrepris l’an dernier ont permis aux enfants et à leurs professeurs de travailler dans de bonnes conditions, même si quelques classes sont encore surpeuplées.
Les enseignants ont pu bénéficier de logements plus confortables : ils ont donc travaillé dans un meilleur état d’esprit et n’ont pas déserté l’école à l’approche de la saison des pluies !

Lire la suite...

15 janvier 2006

Burkina Faso : Pluviométrie satisfaisante en 2005 à Guiè

en savoir plus sur la Ferme Pilote de Guiè au Burkina Faso

Pluvométrie satisfaisante en 2005 au Sahel, les récoltes sont bonnes à Guiè, au Burkina FasoContrairement à celle de 2004, la pluviométrie enregistrée en 2005 a été bonne, avec une difficulté de taille pour les agriculteurs : gérer une bonne campagne agricole en même temps que la famine faisant suite aux récoltes catastrophiques de 2004.
Nous avons reçu 754 mm d'eau en 2005, répartis sur une période de 26 semaines. Cela nous donne une moyenne de 29 mm par semaine sur l'ensemble de cette période pluvieuse (11 avril au 3 octobre). Mais seules 18 semaines de cette période ont été réellement pluvieuses et 8 semaines n'ont connu aucune pluie.

Lire la suite...

8 décembre 2005

Burkina Faso : rentrée scolaire 2005 pour les enfants de l'AZN

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Un écolier de Guiè, Burkina FasoChers parrains et marraines,

C’est après avoir constaté que de très nombreux parents, par manque de moyens financiers, n’inscrivaient jamais leurs enfants à l’école que, en 1998, l’AZN a initié le Parrainage Scolaire. L’objectif de cette activité est de rendre l’école gratuite et accessible à tous les enfants ayant l’âge d’être scolarisés. Ceci afin de permettre aux enfants issus des familles démunies de jouir de leur droit à l’éducation au même titre que ceux issus des familles plus aisées. Le principe de fonctionnement est la mutualisation de tous les dons des marraines et des parrains.

Le parrainage scolaire a rendu l’école gratuite pour les enfants des six villages membres de l’AZN. Les effectifs augmentent considérablement d’année en année, rendant ainsi la capacité d’accueil dans les écoles restreinte. En 2002 l’effectif total de nos écoles était de 630 élèves, il est passé à 732 élèves en 2003, 930 élèves en 2004 et près de 1000 en 2005. Nos écoles sont classées premières de la province pour leur bon taux de réussite à l’examen du Certificat. Certaines ont reçu à plusieurs reprises des lettres de félicitations de leur Ministre.

Lire la suite...

15 octobre 2005

Burkina Faso : Famine évitée grâce à la banque de céréales

en savoir plus sur la Ferme Pilote de Guiè au Burkina Faso

Epis de sorgho mûrs, Guiè, Burkina FasoAu début du mois de septembre, les maïs tant attendus ont donné leurs épis et le poids de la famine s'est enfin dissipé.
Certes, beaucoup de gens en sortent affaiblis, surtout les enfants et les personnes âgées. Mais l'espoir d'une vie redevenue meilleure est là !

Grâce à notre banque de céréales, nous avons pu organiser en août la distribution gratuite de sorgho, à raison d'un plat (environ 3 kg) par personne. Bien sûr, le problème de la famine ne fut pas résolu définitivement, mais cela a redonné du courage aux 7.000 habitants des villages de l'AZN.

Les pluies sont toujours abondantes en ce début d'octobre et les récoltes de céréales s'annoncent bonnes. Espérons qu'elles se calmeront bientôt car elles pourraient maintenant détériorer certaines récoltes.

Les extraits foliaires de luzerne sont arrivés fin septembre. Nous allons pouvoir en distribuer aux personnes les plus vulnérables.
L'AZN a également organisé une vente de riz à prix social pour les collégiens et lycéens, afin de leur faciliter la rentrée scolaire.

Encore merci à tous ceux qui soutiennent le Sahel durant cette épreuve, surtout dans les pays durement touchés comme le Niger et ceux où les inondations sont venues s'ajouter à la famine.

Henri GIRARD
Directeur de la Ferme Pilote de Guiè
Octobre 2005

Vous pouvez nous aider et participer à notre lutte contre la désertification au Sahel.

15 août 2005

Burkina Faso : Famine annoncée au Sahel...

en savoir plus sur la Ferme Pilote de Guiè au Burkina Faso

Epis de sorgho mûrs, Guiè, Burkina FasoVous avez été nombreux à réagir à notre message concernant la pluviométrie 2004 relevée à la Ferme Pilote de Guiè. Il faisait aussi état de la situation de famine dans notre région, suite aux désastreuses récoltes de 2004.
Grâce à vos soutiens dont nous vous remercions, nous avons pu déclencher une opération d'aide alimentaire.

Nous vous en dressons ici un premier compte-rendu.

Lire la suite...

15 juillet 2005

Burkina Faso : Début des vacances pour les enfants de Guiè

en savoir plus sur le parrainage d'enfant au Burkina Faso

Chers parrains et marraines,

Un écolier de Guiè, Burkina FasoIci, l’année scolaire vient de prendre fin.

En septembre, une nouvelle école va ouvrir ses portes à Guiè. Nous pourrons ainsi accueillir plus d’enfants dans de meilleures conditions avec des classes un peu moins surchargées. Cette nouvelle école facilitera aussi la vie de beaucoup d’écoliers car elle est construite dans un autre quartier du village où il y a de nombreux enfants. Certains pourront ainsi rentrer chez eux pour le déjeuner au lieu d’apporter leur petit plat de tô à l’école.

Le tô, vous le savez peut-être, c’est ce plat dont beaucoup se suffisent ici. Il est fait de farine de mil ou de sorgho cuite à l’eau que l’on remue jusqu’à former une bouillie épaisse. Il n'a pas vraiment de goût mais a le mérite caler les estomacs vides, c'est vraiment la nourriture traditionnelle ici au Burkina.

Lire la suite...

- page 1 de 2