SOS Enfants, le Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Filles de la rue

Fil des billets - Fil des commentaires

25 avril 2017

Alphabétisation des filles de la rue à Kinshasa

en savoir plus sur ce centre pour enfants des rues à Kinshasa

Alphabétisation des filles de la rue au Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa Parmi les activités que Ndako Ya Biso propose aux filles hébergées dans le centre qui leur est réservé, l’alphabétisation occupe une place centrale pour leur épanouissement. Elle a lieu quatre fois par semaine. Cette activité permet aux enfants de retrouver un équilibre, une estime de soi, de se considérer et en même temps de réaliser quelque chose d’important.

Dans la rue, la majorité d’entre elles ont perdu tout bon sens et elles ont toutes perdu le goût d’apprendre. Une fois accueillies au Centre Ndako Ya Biso, elles sont remises en confiance, avec difficulté pour certaines, plus facilement pour d’autres. Après un temps d’apprivoisement et d’encouragement, elles acceptent toutes les premières séances de remise à niveau.

Les résultats sont probants : celles qui présentaient des difficultés font preuve de leurs capacités et se rendent compte qu’elles obtiennent des résultats et sont capables d’apprendre et de bien faire.

Lire la suite...

4 décembre 2009

Cinq ans d'accueil des enfants des rues à Kinshasa

en savoir plus sur ce centre d'accueil pour enfants des rues à Kinshasa

Ndako Ya BisoEn ce début de mois de décembre, nous célébrons déjà le cinquième anniversaire du commencement de notre travail avec les enfants de la rue à Kinshasa: Pour mémoire, c'est ainsi dès les premiers mois de 2004 que, avec l'aide d'Arnold, jeune anthropologue résidant dans le quartier, nous avons commencé à faire une enquête pour mieux connaître ces jeunes de la rue très nombreux autour du rond-point Ngaba. SOS Enfants a alors décidé de prendre le salaire d'un animateur, et c'est ainsi que, suite à notre étude, Arnold a officiellement commencé le 1er décembre 2004 son travail d'appui aux enfants dans la rue, sans avoir encore à ce moment de maison d'accueil, nous la louerons à partir de septembre 2005. Mais en ouvrant nos archives, je revois tous nos rapports mensuels depuis celui de décembre 2004, soit déjà 61 rapports !
Quel chemin parcouru en cinq ans ?
Je me souviens encore des premiers enfants que nous avions rencontrés dans la rue avec Arnold. Il y a parmi eux Junior dont nous avions retrouvé la maman à Kisangani. Il va terminer cette année-ci ses six ans de secondaire et passer son diplôme de fin d'études ; il a écrit un mot aux enfants du centre qui le connaissaient encore pour leur dire « plus jamais la rue ». Il y a Gloire qui a pu être réunifié chez sa maman et qui réussit bien à l’école secondaire ; il voudrait devenir enseignant ! Christian est devenu le plus qualifié des apprentis du garage où nous l'avons placé...

Lire la suite...

19 juillet 2008

Kinshasa, nouvelles du centre Ndako Ya Biso

en savoir plus sur ce centre d'accueil pour enfants des rues à Kinshasa

lessive des enfants des rues dans la cour de Ndako Ya Biso, Kinshasa Devant le nombre sans cesse croissant d’enfants suivis par le centre Ndako Ya Biso, une réorganisation en profondeur était devenue nécessaire et l’organigramme a été remis au point : placées sous la tutelle de Jean-Pierre Godding, responsable du projet, trois directions d’activités ont été définies.

Fanny est nommée à la tête de la maison d’accueil et Roger devient le responsable des activités d’intégration (micro-crédits, garanties locatives, formation professionnelle). Arnold reste quant à lui le coordinateur du projet tout en étant le responsable des activités de réunification familiale.

Lire la suite...

15 juillet 2007

Kinshasa : Bukaka, petite fille des rues

Pour nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.

Bukaka a 8 ans , c’est une petite fille qui habite avec sa maman chez son grand-père. Les deux parents sont séparés, le papa est un handicapé sans ressources. Le grand-père est âgé et lui aussi handicapé, la maman elle-même n’a pas de ressources et toute la famille vit dans une grande pauvreté, c’est pourquoi la petite fille vient souvent au marché du rond-point, pour ramasser les restes de charbons de bois.
C’est ainsi qu’elle est restée deux semaines dans la rue, avec ses amies, sans avoir le courage de retourner à la maison. Nous l’avons découverte et ramenée à sa maman. Pour éviter à tout prix que Bukaka ne retourne dans la rue, nous apportons une petite aide à sa maman et avons cherché à scolariser l’enfant au plus vite. Nous l’avons inscrite en 1ère année, elle est maintenant très fière dans son uniforme scolaire tout neuf.

Kinshasa : Judith et son bébé, deux enfants de la rue

Pour nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.

Judith a 17 ans et elle vit depuis 7 ans dans la rue. Nous l’avons rencontrée alors qu’elle était enceinte de 7 mois. Elle a bien voulu nous accompagner chez ses parents avec lesquels elle garde une relation en allant les visiter de temps en temps. Ils habitent dans un quartier très lointain et isolé, au bord d’une rivière, nous avons du prendre une pirogue pour y arriver. La famille vit dans une très grande pauvreté, la maison familiale est une petite hutte de branchages et de morceaux de bâches, pratiquement vide à l’intérieur. La famille vit de la pêche et du petit commerce, mais le capital de la maman pour son petit commerce de condiments ne dépasse pas 5$.

Nous avons donné une garantie locative afin de trouver un meilleur logement pour la famille et apporté une aide à la maman dans son petit commerce pour lui permettre d’accueillir sa fille et son bébé, qui est né en bonne santé et se porte bien.

Kinshasa : Charlène et Samuel, maman et bébé de la rue...

Pour nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.

Samuel a 5 mois et il est né dans la rue. Charlène, sa maman, y vit dans la rue depuis 5 ans. Comme les autres filles de la rue, son activité principale réside dans la prostitution.Les filles de la rue ont d’habitude un garçon qui leur est plus plus proche, leur « love », avec lequel elles pratiquent des relations sans préservatif et qui joue auprès d'elles le rôle de « protecteur ». Un grand nombre de filles de la rue tombent enceintes et, si elles n’arrivent pas à avorter, elles ne gardent pas leur enfant, une charge trop lourde dans la rue, mais le laissent à la famille de leur love ou à leurs propres parents.

Samuel est le troisième enfant de Charlène, mais la famille du père ne veut pas le voir et la mère de Charlène ne veut plus accueillir un enfant supplémentaire. Alors Charlène a exercé son agressivité contre Samuel dont elle voulait se débarrasser. Elle lui a donné des coups et l’a fait tomber. A trois mois, l’enfant avait une fracture du fémur, nous l’avons accueilli et soigné. Mais Charlène a poursuivi sa violence et ses coups sur son bébé au point que d’autres filles de la rue le lui ont arraché et nous l’ont amené pour le sauver. Comme Charlène ne veut pas rentrer dans sa famille, nous avons visité celle-ci et découvert une tante qui a bien voulu accepter d’accueillir l’enfant. Nous aidons cette femme très pauvre afin de consolider cet accueil.