SOS Enfants, le Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

10 septembre 2019

Des enfants arrachés à leurs familles pour en faire des petits voleurs à Kinshasa !

en savoir plus sur ce centre pour enfants des rues à Kinshasa

Enfants victimes de trafic d'enfants à Kinshasa, RD Congo Ndako Ya Biso a réalisé du 27 août au 2 septembre 2019 une mission de rapatriement de sept enfants enlevés à leurs familles à Tshikapa, à 1200 km de Kinshasa, pour en faire des petits voleurs dans la capitale. Ce sont des enfants dont l’intervalle d’âge varie entre 10 et 16 ans. L'analyses de leurs témoignages permet de distinguer deux catégories parmi ces enfants victimes de trafic : ceux qui vivaient déjà dans la rue à Tshikapa, qui sont tombés facilement dans les pièges des bourreaux qui les ont kidnappés, leur faisant croire que, une fois à Kinshasa, ils vivraient dans des meilleures conditions. Et ceux qui étaient en famille, qui ont été enlevés après avoir été drogués à la suite d’une piqûre.

Lire la suite...

18 juin 2007

Haïti : Ecole Saint Aphonse, bidonville de Cité Soleil - Rapport 3ème trimestre 2006/2007

en savoir plus sur le parrainage d'enfants en Haïti

L'extrême pauvreté des familles en Haïti
Situation générale en Haïti
Avec la venue au pouvoir de René Garcia Préval et Jacques Edouard Alexis, le peuple haïtien espéraient que leurs problèmes allaient se résoudre. C’est pourquoi ils ont voté LESPWA (l’espoir) ! Mais les choses ne peuvent pas s’améliorer du jour au lendemain. L’inflation continue, la population souffre de faim chronique, le chômage atteint son niveau le plus haut. Bref, la soif de la population reste entière. Il faut toutefois reconnaître une nette amélioration du point de vue de la sécurité. Le gouvernement actuel essaie de déstabiliser le fonctionnement des bandes armées. Les bandits opèrent à présent dans des points fixes bien connus de tous. Le centre ville de Port-au-Prince n’est plus une zone à risque. L’intensité du phénomène du kidnapping (au premier rang mondial ces derniers temps) diminue dans le pays, mais il ne disparaît pas totalement.

Lire la suite...

6 février 2007

Ecole Saint Aphonse, bidonville de Cité Soleil, Haïti - Rapport 2ème trimestre 2006/2007

en savoir plus sur le parrainage d'enfants en Haïti

Situation générale de Cité Soleil et de Fourgy
Contrairement à l’année dernière, il n’y a plus aucun obstacle à Cité Soleil pour le fonctionnement des écoles. Il se passe parfois plusieurs journées sans qu’on entende le son des cartouches, tant du côté des groupes rebelles du milieu que du côté de la Minustha. L'école St Alphonse dans le bidonville de Cité Soleil en Haïti La population peut facilement vaquer à ses occupations sans s’inquiéter, mais il reste difficile de savoir si le phénomène d’enlèvement des citoyens haïtiens et étrangers a totalement disparu.

Fourgy est un quartier généralement paisible. S’il y a une perturbation, son origine est souvent extérieure. L’insécurité n’est donc pas un obstacle pour le développement de ce milieu. Les deux écoles n’ont rencontré aucune difficulté pour et depuis la réouverture des classes.

Lire la suite...

15 septembre 2006

Haïti : Ecole Saint Aphonse, bidonville de Cité Soleil - Rapport 1er trimestre 2006/2007

en savoir plus sur le parrainage d'enfants en Haïti

Situation générale en Haïti
Le 9 août 2006, lors d’une visite du Président Préval au village Solidarité, un bidonville très proche de la Cité Soleil, il se dit prêt à procéder à un désarmement pacifique ou par la force. Cette déclaration a été l’objet de maints commentaires de la part de la population. Pour certains, le Président devrait continuer sa démarche de pacification par le dialogue, pour d’autres, il serait normal d’attaquer les bandits sans hésiter.

L'école St Alphonse dans le bidonville de Cité Soleil en Haïti En tout cas, cette fermeté de monsieur Préval a déjà modifié l’attitude des bandits. Désormais, on peut observer une diminution des actes de banditisme à Cité Soleil et à travers toute la capitale. Mieux encore, les bandits de la Cité Soleil ont autoproclamé le 22 août dernier leur désarmement pacifique. Malheureusement, cela n’a pas été fait à cette date, à cause d’attaque le matin même par les forces de la Minustha. Ils souhaitent organiser une cérémonie patriotique pour une autre occasion. Bien entendu, il semble que cette décision n’a pas encore la bénédiction de tous les « chefs du milieu ». Toutefois, on y voit une meilleure compréhension des raisons de l’insécurité de la ville par les autorités. Il suffira au gouvernement Préval/Alexis d’appliquer intelligence et détermination pour résoudre le problème.

Lire la suite...