SOS Enfants, le Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

21 juin 2019

RDC, école de Visiki : pose des fenêtres et finitions de la toiture

en savoir plus : construction d'écoles en RD Congo.

Les crépis intérieurs et extérieurs du bâtiment scolaire de Visiki en RDC sont terminés Les tôles sont à présent toutes posées sur la charpente, les maçons peuvent entreprendre les travaux de finition de la toiture.
Ils ont également commencé à installer les fenêtres et les portes dont les menuisiers poursuivent la fabrication de leur côté.

Lire la suite...

28 avril 2019

Kinshasa : Matondo, accusé de sorcellerie

Nous vous livrons ces témoignages pour vous montrer la diversité des souffrances que vivent ces enfants des rues mais aussi l'espérance que nous cherchons à leur rendre.
Merci d’être présents à nos côtés pour les aider  !

Pour nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.

Matondo, enfant des rues de Kinshasa

Matondo

Né à Tshikapa au Kasaï, à 1500km de Kinshasa, Maton est un petit garçon de dix ans, l’aîné de deux enfants. Ses parents sont venus s’installer à Kinshasa et le papa est devenu pasteur d’une Eglise de réveil. Mais quelque temps après, il est tombé malade et a perdu la vue. La maman a alors accusé Matondo d’être le sorcier qui a causé la maladie de son père et l’a chassé de la maison. Matondo, qui est un enfant très éveillé et parle bien le français est allé dénoncer sa famille au tribunal pour les enfants et le tribunal l’a ramené chez lui. Mais la maman n‘a pas voulu le garder et l’a encore une fois renvoyé dans la rue.

Cette fois-ci, Matondo s’est dirigé vers le centre Ndako Ya Biso. Il nous a raconté son histoire en affirmant ne plus vouloir vivre avec ses parents. Son souhait le plus cher étant de retourner à Tshikapa chez sa tante, nous avons pris contact avec cette dame qui nous a confirmé qu’elle accueillerait son neveu avec joie. A notre demande, elle a fait établir les papiers nécessaires pour officialiser la garde.

Matondo reste provisoirement hébergé dans notre centre en attendant que nous trouvions un moyen sûr pour le conduire chez sa tante à Tshipaka

27 avril 2019

Kinshasa : Obed, poussé dans la rue par la misère

Pour nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.

Obed, enfant des rues de Kinshasa

Obed

Âgé de 12 ans, Obed est le deuxième d’une famille de cinq enfants. Le papa a quitté la famille pour prendre une autre femme, laissant la maman sans ressources pour nourrir sa famille. C’est ainsi que le frère aîné est parti dans la rue, bientôt imité par Obed et son petit frère qui ont commencé à vendre des sachets en plastique au marché Ngaba. Obed épargnait l’argent de ses ventes chez un commerçant et quand il atteignait deux ou trois mille francs, l’équivalent d’un euro, il allait les donner à sa maman qui était enceinte.

Nous avons trouvé les deux frères menant leur petit commerce sur le marché, nous les avons écoutés et nous sommes allés rencontrer leur maman. Au terme d’un patient dialogue, nous avons pu lui ramener les deux enfants ; nous sommes ensuite allés à la recherche du grand frère, nous l’avons trouvé et nous l’avons ramené lui aussi à la maison, le jour même où la maman a accouché de son cinquième enfant. Obed ne va plus vendre sur le marché, il est maintenant scolarisé en 3ème année primaire et obtient de très bons résultats.

Grâce au microcrédit que nous avons apporté à la maman, elle a pu reprendre un petit commerce et faire ainsi vivre toute sa famille.

26 avril 2019

Kinshasa : Gédéon, torturé pour "sorcellerie"

Pour nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.

Gédéon, enfant des rues de Kinshasa

Gédéon

Âgée de 12 ans, Gédéon est l’aîné de deux enfants restés avec leur maman au divorce de leurs parents. Rapidement, la maman s’est trouvée sans ressources, contrainte d’abandonner ses enfants dans la famille du papa.
Mais celui-ci s’était remarié et sa nouvelle femme ne voulait pas des enfants. Elle a commencé à les accuser de sorcellerie, prétendant que c’étaient eux qui empêchaient leur père de trouver du travail.

Gédéon et son frère ont été conduits dans une église pour « les délivrer de leur sorcellerie ». Ils y ont été torturés pour qu’ils avouent être des sorciers. Ne supportant pas ces supplices, Gédéon a fui dans la rue. Grâce à des camarades, il a entendu parler du centre Ndako Ya Biso et est venu spontanément nous rejoindre. Nous l’avons accueilli et écouté puis nous sommes allés voir le papa et sa femme. Nous avons essayé de les sensibiliser, de les aider à comprendre que l’absence de travail est une situation normale à Kinshasa et pas la conséquence d’une sorcellerie.

Lire la suite...

24 avril 2019

Kinshasa : Sarah et ses soeurs, enfants martyrisées

Pour nous aider, vous pouvez parrainer les enfants des rues de Kinshasa.

Sarah, Esther et Rachel, enfants abandonnées à Kinshasa

Sarah

Âgée de 15 ans, Sarah est orpheline de mère. Nous n’avons aucune information sur son père qui a abandonné la maman avant même la naissance de Sarah.
Plusieurs années après, la maman a eu deux autres petites filles prénommées Esther et Rachel, avec un autre homme qui vit actuellement au Nord-Kivu.
Esther a aujourd’hui 8 ans et Rachel 6 ans.

La famille vivait alors Kisangani dans la province de Tshopo, au Nord-Est du pays quand la maman est subitement décédée d’une maladie des mains.
Après les obsèques, les tantes maternelles ont emmené les trois sœurs avec elles à Kinshasa. Mais la discorde est rapidement intervenue entre les tantes, aucune d’entre elles ne voulant prendre en charge les enfants.

Alors elles ont déclaré que le comportement des filles était suspect, faisant courir la rumeur qu’elles étaient ensorcelées, les accusant d’avoir fait mourir leur mère.
Un jour, les tantes ont conduit de force les enfants dans une église du réveil à triste réputation, affirmant qu’elles étaient des sorcières et qu’elles devaient rester là pour être exorcisées.

Lire la suite...

10 mars 2019

Centres d'accueil Bumi en RDC : quelques histoires d'enfants

comment aider les orphelins d'Afrique

Plus de 700 enfants bénéficient directement de l’aide apportée par BUMI aux plus vulnérables dans le cadre de ses écoles, du Centre d’Accueil de Kamalondo et du Village d’Enfants de Karavia.
Et ce nombre ne cesse d’augmenter, malgré les réunifications familiales que l’association réussit à effectuer au fil des mois. Enfants abandonnés, enfants des rues et orphelins arrivent régulièrement, accompagnés le plus souvent par les services sociaux de la commune.
Bébé orphelin d'Afrique recueilli au Village d'Enfants BUMI de Karavia en RD Congo En 2018, six nourrissons sont venus augmenter le nombre des jeunes pensionnaires du Village d’Enfants de Karavia. Leurs histoires sont bien tristes, ce sont le plus souvent des enfants handicapés qui nécessitent une prise en charge adaptée.

Recommandé par le Ministère Genre et Famille, Raphaël est arrivé en Juin 2018. Raphaël présente une malformation des membres supérieurs, il a de petits bras avec deux petits doigts sans avant-bras ni mains. Ceci mis à part, il est en bonne santé.
Benoît a été abandonné par son père à BUMI en septembre 2018 et la petite Sudila a été purement et simplement jetée dans la cour de BUMI le 5 novembre 2018.

Lire la suite...

15 janvier 2019

Une année 2019 riche en projets !

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Apprentissage en menuiserie pour les enfants soldats démobilisés à Goma, RD Congo Toute l’équipe d’Aprojed et ses apprentis sont très excités par ce début d’année. Un nouveau centre de formation devrait voir le jour durant cette année 2019 : plus grand, mieux adapté pour développer d’autres formations, notamment pour les filles. Nous allons commencer à rechercher des aides pour financer le volet construction.

Lire la suite...

21 septembre 2018

Rentrée scolaire dans les écoles Bumi en RD Congo

comment aider les orphelins d'Afrique

Orphelins d'Afrique, les enfants vulnérables de Karavia en RD Congo Depuis le 2 juillet, date de la proclamation officielle des résultats, les élèves de nos écoles Bumi de Karavia et de Kamalondo profitaient de vacances bien méritées.

Mais ce lundi 3 septembre, l’heure de la rentrée scolaire sonnait pour eux ! Ce jour-là, ils étaient un peu plus de 250 à prendre ou reprendre le chemin de l’école, heureux de se retrouver, pleins de bonnes résolutions.

Lire la suite...

15 septembre 2018

Histoires d’eau à Ndako Ya Biso

en savoir plus sur ce centre pour enfants des rues à Kinshasa

Toilette des enfants des rues au Centre d'Accueil Ndako Ya Biso à Kinshasa L’eau a toujours posé un problème à Ndako Ya Biso. Car même si nos deux centres d’accueil des enfants de la rue sont reliés à la Regideso, entreprise d’état qui assure en principe la distribution de l’eau dans toute la ville, celle-ci est très irrégulière dans nos quartiers populaires et les robinets sont très souvent à sec.

Il n’est pas rare de passer de nombreux jours sans une goutte d’eau, ce qui oblige toute la population à sortir avec des bassins et des seaux pour aller puiser dans la rivière, proche mais pas très propre. On peut aussi en prendre un peu plus loin dans le quartier, là où on trouve robinet qui coule ou un tuyau percé, mais ce n’est pas facile et la plupart du temps très mal accepté. Dans ces cas-là, nous étions obligés de payer un véhicule pour transporter des bidons d’eau  !

Lire la suite...

16 août 2018

Goma, RD Congo : pas de vacances pour nos apprentis

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Repas de midi des enfants soldats en apprentissage de menuiserie à Goma Traditionnellement, le centre d’apprentissage ferme ses portes durant deux semaines en août mais, cette année, nos apprentis n’ont pas voulu interrompre leur formation.
Ce groupe est tout à fait exceptionnel : aucun abandon, aucune absence non justifiée. Pourtant, les premiers mois sont souvent plus difficiles, il faut trouver le bon rythme de travail, faire accepter la discipline à ces garçons et observer le règlement.

L’équipe Aprojed pense que la cantine mise en place quotidiennement y est pour beaucoup  …

Lire la suite...

5 mai 2018

Goma : premier bilan de notre nouvelle promotion d’apprentis

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Atelier de formation en menuiserie pour les enfants soldats démobilisés à Goma, RD Congo La promotion qui a débuté avec 33 apprentis est toujours au grand complet  ! Aucun abandon, aucun regret de la part de ces jeunes. Certains viennent d’assez loin chaque jour, ils parcourent plusieurs kilomètres à pied, n’ayant pas les moyens de payer des transports.

Savoir qu’ils trouveront un repas sur place à midi les aide. Et les liens forts qui se sont déjà créés entre tous ces jeunes les soutiennent dans leurs efforts. Ils apprécient de se retrouver, l’ambiance est excellente au sein de l’atelier et les règles de ponctualité et d’hygiène sont totalement respectées.

Une première évaluation a été faite sur les cours et les travaux pratiques. 24 d’entre eux ont eu des notes qui dépassent 50%. Ils se stimulent et les animateurs constatent une saine émulation entre eux.
A cette étape, le meilleur d’entre eux est Mirimo John. Il veut garder cette 1ère place mais la compétition est sévère et beaucoup veulent la lui disputer. Tout le monde s’applique à faire de son mieux !

Lire la suite...

15 mars 2018

Rapport annuel des activités 2017

en savoir plus sur ce centre d'accueil pour enfants des rues à Kinshasa

L’année 2017 a été une année difficile pour la RDC, la crise économique s’aggravant parallèlement à une crise politique liée à la fin prévue du dernier mandat du président Kabila en décembre 2016. Cette situation a paralysé l’investissement économique et renforcé encore les difficultés de survie de la population. Les violences politiques ont été moins importantes qu’on ne le craignait et les mesures de précaution prises avec le Reejer et l’Unicef ont permis de protéger les 25 000 enfants de la rue de Kinshasa pendant les moments difficiles.
Les enfants des rues du Centre Ndako Ya Biso revendiquent les droits des enfants à Kinshasa En 2017, notre organisation est venue en aide à plus de mille enfants de la rue et leurs familles, sans compter les 276 grands ados et jeunes adultes accueillis et écoutés au cours de l’année dans le centre qui leur est réservé.

Lire la suite...

16 novembre 2017

Goma : le jury décerne leur diplôme de menuisier à 20 lauréats

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Jury d'examen professionnel en menuiserie à Goma en RDC, promotion 2015 Le Jury composé de représentants du Gouverneur de la Province du Nord Kivu s’est réuni pendant 3 jours pour évaluer nos candidats.
Trois longues journées durant lesquelles tous ont fait de leur mieux…
Le premier jour, les épreuves concernaient sur les matières suivantes, notées sur 25 points au total :
  • FRANÇAIS
  • ECM : éducation civique et morale
  • ESE : éducation à la santé et environnement
  • ENTREPRENARIAT
Le deuxième et troisième jour étaient réservés aux examens de menuiserie proprement dits avec un oral sur 25 points et une épreuve pratique sur 75 points.

Lire la suite...

8 novembre 2017

RDC : nouvelles du Village d'Enfants Bumi de Karavia

comment parrainer un orphelin d'Afrique

La quasi totalité des 140 enfants hébergés dans nos centres de Karavia et Kamalondo vont à l’école primaire. Une douzaine d’entre eux vont à la maternelle et trois tout petits de moins de trois ans restent à la maison avec leur éducatrice. 7 jeunes sont au cycle d’orientation à l’école secondaire tandis que 4 sont en formation dans différentes filières : mécanique générale, agriculture et coupe-couture.
Orphelins d'Afrique, les enfants vulnérables de Bumi en RD Congo Nous avons pu améliorer la vie quotidienne des enfants, leur alimentation et leur prise charge. Leur santé est un peu moins préoccupante qu’il y a quelque temps. Mais certains continuent à nous donner de gros soucis.

Le 21 septembre, en fin de matinée, une voisine de Bumi à Karavia vient avertir notre éducatrice qu’elle entend un bébé pleurer au bord de la rivière. Elle trouve dans un sac en plastique un bébé dont le cordon ombilical n’est pas tout à fait cicatrisé. Quelle chance pour ce bébé. Il aurait pu mourir étouffé dans ce sac par cette chaleur qui nous accable tous.

Lire la suite...

21 octobre 2017

RDC : rentrée scolaire à l'école Bumi de Karavia

comment aider les orphelins d'Afrique

Orphelins d'Afrique, les enfants vulnérables de Bumi en RD CongoA l’école Bumi de Karavia, comme chaque année, la rentrée scolaire prévue en septembre a démarré timidement et a duré jusqu’à mi-octobre. Par chance pour eux, les enfants les plus vulnérables du village sont parrainés et cela les aide bien pour la rentrée : pas de soucis, ils peuvent compter sur leurs parrains et marraines, les frais de scolarité sont pris en charge, le matériel scolaire et les uniformes leur sont fournis grâce à vous.

Mais les parents des enfants non parrainés se plaignent toujours de ne pas être prêts pour payer les frais scolaires, qui sont pourtant minimes comparés aux autres écoles.

Lire la suite...

9 octobre 2017

Kinshasa : deux millième enfant réintégré dans sa famille

en savoir plus sur ce centre d'accueil pour enfants des rues à Kinshasa

Christel, 2000ème enfant des rues réinsérée en famille par le Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa Ce 9 octobre 2017, pour la 2000ème fois, notre centre d'accueil pour enfants de la rue Ndako Ya Biso a pu réintégrer un enfant dans sa famille. Le bourgmestre de notre commune de Makala a tenu à nous accompagner et à témoigner devant la télévision locale de l’importance de notre travail.

2000 enfants réintégrés en 13 années, avec un taux moyen de rechute de 10% seulement, ça peut paraître une goutte d'eau dans la mer, mais c’est une joie et une vraie espérance pour tous ces jeunes qui ont retrouvé leur place dans le groupe familial, leur dignité et un avenir professionnel.

Il s'agissait cette fois-ci de Christel Vividila, âgée de 13 ans, aînée de 4 enfants. Ses parents se sont séparés lorsqu'elle avait cinq ans, chacun s'est remarié avec un nouveau partenaire. Christel est d'abord restée chez son papa, puis elle est partie vivre quelques années chez sa tante paternelle avant de revenir chez le papa. Scolarisée en école primaire, elle n'était pas très bien suivie par sa famille et ne manifestait pas grand goût pour les études. Entraînée par une amie, elle s'est mise à fréquenter une bande de jeunes de la rue, à prendre de mauvaises habitudes et à s'initier au vol …

Lire la suite...

20 septembre 2017

A Goma, une promotion se prépare pour l’examen final, la suivante est déjà prête à prendre le relais.

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Les jours pour la Promotion 2015 sont maintenant comptés. Tout le monde prépare l’examen final en attendant de passer devant le jury qui leur décernera leur diplôme. La formation des promotions précédentes se faisait sur une seule année. En 2015, Aprojed avait proposé de les faire durer sur deux années. Ce choix est le bon.
Famille d'enfants soldats réunifiés à Goma, En effet, cette année supplémentaire permet un travail en profondeur avec les jeunes et leur famille. Au-delà de la formation, il ne faut pas oublier qu’ils ont

Lire la suite...

15 septembre 2017

RD Congo : nos enfants des rues bacheliers !

en savoir plus sur ce centre d'accueil pour enfants des rues à Kinshasa

Des enfants des rues lauréats du baccalauréat au Congo

Il y a peu de temps encore, ils étaient dans la rue.
Aujourd’hui, ils sont diplômés d’état !!

En juillet 2017, 13 jeunes de la rue que nous avons réunifiés dans leur famille ont présenté et réussi leur diplôme d’état après six années d’école secondaire. Ces jeunes, qui étaient condamnés à vivre dans la rue comme des exclus et des marginaux, ont pu retrouver leur fierté et leur dignité et révéler tous leurs talents.

Ils sont pour tous les enfants encore dans la rue une espérance et un modèle. Témoignages vivants que tout est possible, ils permettront à d’autres jeunes de suivre le même chemin et de se forger grâce à leur volonté un avenir digne de ce nom, pour eux-mêmes et pour leur famille.

Lire la suite...

16 mai 2017

Goma : bientôt la fin de la Promotion !

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Nos apprentis ont fait ces dernières semaines des progrès considérables !
Ils manient les outils avec beaucoup d’assurance, on les sent très à l’aise dans les exercices pratiques.

Cela fera bientôt deux ans que nous sommes ensemble. L’équipe pédagogique se félicite d’avoir décidé d’allonger la durée de formation et d’avoir intégré le stage pratique au sein de l’atelier Aprojed.
Travail des apprentis menuisiers à Goma Auparavant, les jeunes réalisaient ce stage dans des ateliers de la ville. Mais les apprentis n’étaient pas toujours très bien encadrés et il arrivait que certains perdent un peu de temps.

Lire la suite...

25 avril 2017

Alphabétisation des filles de la rue à Kinshasa

en savoir plus sur ce centre pour enfants des rues à Kinshasa

Alphabétisation des filles de la rue au Centre Ndako Ya Biso à Kinshasa Parmi les activités que Ndako Ya Biso propose aux filles hébergées dans le centre qui leur est réservé, l’alphabétisation occupe une place centrale pour leur épanouissement. Elle a lieu quatre fois par semaine. Cette activité permet aux enfants de retrouver un équilibre, une estime de soi, de se considérer et en même temps de réaliser quelque chose d’important.

Dans la rue, la majorité d’entre elles ont perdu tout bon sens et elles ont toutes perdu le goût d’apprendre. Une fois accueillies au Centre Ndako Ya Biso, elles sont remises en confiance, avec difficulté pour certaines, plus facilement pour d’autres. Après un temps d’apprivoisement et d’encouragement, elles acceptent toutes les premières séances de remise à niveau.

Les résultats sont probants : celles qui présentaient des difficultés font preuve de leurs capacités et se rendent compte qu’elles obtiennent des résultats et sont capables d’apprendre et de bien faire.

Lire la suite...

12 avril 2017

Goma : la promotion de menuisiers 2015suit son cours

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Nos apprentis ont fait ces dernières semaines des progrès considérables ! Ils manient les outils avec beaucoup d’assurance, on les sent très à l’aise dans les exercices pratiques.
Travail des apprentis menuisiers à l'atelier APROJED de Goma, RD Congo
Cela fera bientôt deux ans que nous sommes ensemble. L’équipe pédagogique se félicite d’avoir décidé d’allonger la durée de formation et d’avoir intégré le stage pratique au sein de l’atelier Aprojed. Auparavant, les jeunes réalisaient ce stage dans des ateliers de la ville. Mais les apprentis n’étaient pas toujours très bien encadrés et il arrivait que certains perdent un peu de temps.

Là le groupe est resté très soudé. Des liens se sont renforcés au cours de ces dix huit mois passés ensemble. Deux de nos apprentis sont devenus orphelins au cours de l’année 2016 après le décès brutal de leur maman, tous ont partagé leur peine et les ont entourés.

Lire la suite...

3 janvier 2017

Noël et Bonne Année 2017 à Ndako Ya Biso

en savoir plus sur le parrainage des enfants des rues de Kinshasa.

Depuis de nombreuses années déjà, nous avons l’habitude de dire :
« pas d’enfant dans la rue le jour de Noël » et nous cherchons à sensibiliser nos amis et nos connaissances du quartier et de la paroisse à pouvoir accueillir un enfant de la rue pour la journée de Noël.
Comme chaque année, nous avons commencé par acheter des vêtements neufs pour que chacun trouve sa joie et sa dignité ce jour-là.
Noêl des enfants des rues à Kinshasa La veille de Noël, tous les enfants ont mis leurs beaux habits et sont montés ensemble jusqu’à la paroisse Sainte Christine pour participer à la messe des enfants à 18h. Ils étaient cette année 53 enfants, c’était un bon groupe dans l’église. Au départ, ils étaient un peu intimidés mais le prêtre les a bien accueillis, leur a dit sa joie de les recevoir et puis, ils ont pu chanter et danser avec l’assemblée présente, puis aller admirer la crèche de Noël avec le petit Jésus dormant dans la paille d’une mangeoire, un peu comme eux....
A la sortie de la messe, ils ont partagé une boisson sucrée et un gâteau avant de redescendre dormir au Centre jusqu’au lendemain.

Et le jour de Noël, ils se sont retrouvés dans la cour de l’école Sainte Christine, vêtus de leurs beaux habits, là où les familles sont venues les inviter. Certains avaient un peu peur : « Est-ce qu’ils ne vont pas nous battre et nous injurier comme notre propre famille ? », mais nous les avions rassurés et chacun a pu être invité dans une famille.

Lire la suite...

26 décembre 2016

Un Noël heureux pour les enfants soldats démobilisés

en savoir plus sur le parrainage des enfants soldats à Goma

Le mois de décembre était un peu sous tension pour nos jeunes et l’équipe Aprojed. Cela pour deux raisons :
- Une d’ordre politique, la journée du 19 décembre était attendue et redoutée par toute la population. C’était le jour de la fin du mandat du Président Kabila, qui ne peut plus se représenter mais refuse pourtant de quitter la présidence. Les négociations pour mettre en place une transition en attendant l’organisation de prochaines élections n’ont toujours pas abouti et le pays entier savait que le 19 décembre serait une date fatidique où les pires émeutes et exactions étaient à craindre.
- Une d’ordre plus légère, l’excitation des enfants à l’approche de Noël. Tous avaient en mémoire la belle journée de l’année dernière.
D’un commun accord, en raison du climat politique et social attendu, la journée de fête a été organisée le 17 décembre au lieu du 24 initialement prévu.
Fête de Noël pour les enfants soldats démobilisés à Goma en RD Congo Quelle belle journée ce 17 décembre !
L’équipe Aprojed a accueilli les apprentis ainsi que leurs parents venus partager ce moment convivial, voire même familial tant les animateurs sont considérés comme faisant partie de la famille.

Lire la suite...

15 septembre 2016

C’est aussi la rentrée pour les apprentis menuisiers de Goma

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Septembre marque le temps de la rentrée pour les apprentis du centre de formation qui ont bénéficié eux aussi de deux semaines de vacances.
Apprentissage de la menuiserie à Goma, RD Congo A l’occasion de cette rentrée, ils ont eu la surprise de se voir remettre des salopettes toutes neuves ! Et pour bien démarrer le trimestre, ils ont commencé par nettoyer le terrain où ils travaillent.

Lire la suite...

31 août 2016

Microcrédits pour les mamans, quelles perspectives ?

en savoir plus sur ce centre pour enfants des rues à Kinshasa

Chaque année, Ndako Ya Biso arrive à réunifier près de 200 enfants de la rue auprès d’un membre de sa famille. Pour stabiliser la réunification et éviter la rechute de l’enfant dans la rue, différents outils sont utilisés et spécialement les six suivants : la scolarisation de l’enfant, la formation professionnelle du jeune âgé de plus de 15 ans, le microcrédit accordé à la maman responsable de l’enfant, la garantie locative apportée à la famille afin de l’aider à trouver un meilleur logement, la gestion des conflits familiaux et les rencontres d’échange entre parents.
Enfant des rues de Kinshasa réunifié dans sa famille

Visite de deux éducateurs dans la famille d’un enfant des rues réunifié

Les enfants qui vivent au Centre on fêté Noël et Nouvel An eux aussi. Ils ont revêtu ces jours-là les habits neufs que nous avons pu leur donner grâce à vos cadeaux et vos dons pour ces fêtes de fin d’année.

Près de 300 crédits sont octroyés chaque année aux mamans des enfants : un premier crédit de 40$ est accordé après (et si possible même avant) la réunification de l’enfant dans la famille en vue de favoriser le démarrage ou la reprise de l’activité génératrice de revenus de la maman. Si elle gère bien son activité et rembourse bien son premier crédit, elle peut recevoir un 2ème crédit d’un montant plus élevé, de 60$ à 100$.

L’accent est surtout placé sur le travail de la maman : bonne identification de la marchandise et du lieu de vente, formation à la gestion des stocks et des finances, suivi régulier de cette gestion. Une journée de formation est donnée aux mamans avant qu’elles ne reçoivent le crédit.

Lire la suite...

9 mai 2016

Des nouvelles de nos menuisiers promotion 2015 à Goma

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Enfants soldats démobilisés - Goma, RD Congo Voici quelques mois que la promotion 2015 a débuté sa formation à la menuiserie. Nous vous proposons un petit bilan de ce temps passé ensemble. Nous avons appris à nous connaître et à identifier les qualités de chacun mais aussi les petits problèmes qu’il faut aborder ensemble pour permettre à tous ces jeunes de trouver leur place dans la société congolaise.

L’apprentissage des outils est la partie essentielle.
Aujourd’hui ils savent ce qu’est un rabot, la scie, le trusquin, le ciseau et le bédane. Ils se sont exercés sur le traçage du bois et ont appris comment appliquer le trusquin sur des pièces de bois.
La 2ème étape a été d’apprendre comment mortaiser les pièces de bois pour la préparation des assemblages.

Lire la suite...

A Goma, deux anciens apprentis viennent renforcer l'équipe d'animation

Isaac et Célestin ont tous deux ont été enrôlés de force il y a quelques années. Ils ont fait partie des premières promotions de formation à la menuiserie et ont émis le souhait ensuite de retourner à l’école.
Deux nouveaux animateurs pour nos enfants soldats démobilisés à Goma, RD Congo SOS Enfants leur a fait confiance et aujourd’hui ils sont à l’Université.
Ils ont depuis toujours donné un peu de leurs temps en venant témoigner, parler de leurs expériences aux apprentis. Depuis 2015, ils ont été engagés au sein d’Aprojed. Ce salaire leur permet de payer leurs cours à l’Université.

Amos, un autre jeune en classe de Terminale, vient les après-midi pour prodiguer des conseils aux apprentis. Amos a pu identifier depuis ces dernières années plusieurs enfants démobilisés et les motiver à venir rejoindre le centre de formation Aprojed.

L’engagement de ces trois garçons est vraiment important dans le dispositif d’Aprojed. Les jeunes apprentis les écoutent et leur font confiance. En raison de leur passé commun, ils n’hésitent pas à leur exposer en confidence les difficultés qu’ils rencontrent pour revivre en famille et trouver leur place dans la société après les terribles expériences qu’ils ont vécues.

Lire la suite...

15 octobre 2015

Démobilisation des enfants soldats en RD du Congo

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Enfants soldats démbolisés à Goma Depuis le début du processus de démobilisation en RD Congo en 2004, on dénombre près de 30 500 enfants sortis des Forces et Groupes armés, dont près 90 % à l’Est du pays, c’est à dire au Nord et Sud Kivu.
Selon l’UNICEF, 8 660 enfants ont été libérés des forces et groupes armés à l’Est du pays pour les années 2012 et 2013, et 4 500 pour la seule année 2014.

La prolifération des groupes armés à l’Est de la RDC s’est développée à une vitesse spectaculaire depuis quelques années, entrainant des recrutements en nombre et l’utilisation massive des enfants.

Malgré tous les plans de désarmement mis en place, on considère encore aujourd’hui la présence de près de 55 groupes armés actifs à l’Est du pays (selon le Plan Global DDR III).

Si beaucoup de sorties d’enfants ont été enregistrées depuis quelques temps, les interventions se sont bien souvent limitées à la réunification familiale.

Il faut faire davantage et aller plus loin dans l’accompagnement pour une réinsertion sociale réussie de ces jeunes.

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Le parcours de réinsertion d’un enfant soldat

en savoir plus sur la réinsertion des enfants soldats à Goma

Enfant soldat démobilisé de Goma montrant son attestation de démobilisation Pour les enfants soldats, la sortie des groupes armés peut prendre plusieurs formes. Elle elle peut être générale et êintervenir à l’issue de médiations menées avec un groupe ; elle peut aussi être individuelle, l’enfant s’échappe et rejoint un Centre de Transit et d’Orientation (CTO). Dans les deux cas, l’enfant remet les armes et se voit remettre une Attestation de Sortie des Forces ou Groupes armés.

Ensuite, évidemment, le parcours est un chemin individuel sur lequel chacun avance à un rythme qui lui est propre  : il y a tant de facteurs personnels ! Mais l’accueil dans le CTO permet de faire une analyse individuelle des capacités de l’enfant à retourner dans la vie civile.

Lire la suite...

6 octobre 2015

Des enfants de la rue diplômés d’Etat !

en savoir plus sur ce centre d'accueil pour enfants des rues à Kinshasa

Des enfants des rues qui ont réussi leur baccalauréat à Kinshasa En juillet dernier, 11 enfants suivis par NYB depuis plusieurs années ont terminé leurs études secondaires et réussi l’examen national sanctionné par un diplôme d’état équivalent au baccalauréat.
Ce diplôme suffit en général à leur procurer un emploi stable. Car, dans la mesure du possible, nous encourageons les jeunes à choisir une section qui leur permet de trouver rapidement du travail, soit une section pédagogique qui ouvre la voie de l’enseignement à l’école primaire, soit une section technique.
Nous sommes fiers et heureux de vous livrer ici leurs témoignages.

Lire la suite...

- page 1 de 4